jeudi 31 octobre 2013

C'est fini

Pour des raisons personnelles, j'arrête ce blog. Il restera en ligne, cependant, vous n'aurez plus accès aux commentaires. Je continuerai à blogger ailleurs, sur d'autres sujets, sous d'autres pseudonymes. Il va mourir à petit feu, et dans deux ou trois ans, je pourrais le reprendre, sans doute.

Bref, la sorcière du logis vous embrasse très fort. D'ici une semaine, je mettrai la clé sous la porte.

vendredi 18 octobre 2013

Quelle est votre excuse ?

J'ai vu un truc qui m'a retournée. Une ex-miss qui fait son beurre sur le dos des mères. Cette fille se lève à 5h du matin pour faire du sport. Donc sa question est : si j'ai trois enfants et un corps de rêve, c'est quoi ton excuse ? Accusant implicitement les mères qui n'ont pas retrouvé la ligne d'être des feignantes. Bien sûr, levée de bouclier et elle répond qu'elle n'a jamais cherché à dénigrer les mères et que si on le pense, c'est que nous avons l'esprit tordu.
Soyons clair, si elle veut faire du fitness, c'est son droit le plus strict. Je comprend aussi que des mères désespèrent de retrouver leur corps d'avant. Ce serait injuste de ma part de dire que c'est pas si grave, qu'on doit s'affranchir du regard des autres. Quand on ne subit pas le regard des autres, c'est bien facile de dire que la beauté intérieur, blablabla (vous connaissez la suite).

Sauf que ce qu'elle avance est un mensonge : Il suffit pas de le vouloir pour le pouvoir. Les mères grosses sont pas des ramollies. Je rappelle qu'un enfant de 6 mois pèse dans les 10 kg et que donc, de facto, une mère, aussi grosse soit-elle, soulève toute la journée des altères.
Les mères grosses ont les excuses suivantes, aussi variées que : la génétique, des déséquilibres hormonaux, le manque de sommeil, le manque de temps et d'argent pour faire son programme de freak (elle se lève quand même à cinq heure du matin la fille, cinq heure du matin !)

Ah, oui, et puis bon, quand tout nous rappelle qu'on est gros, qu'on est moche, qu'on ne vaut rien, je doute que quiconque soit dans cette situation parce qu'il s'y complait. La discrimination que subit une personne en surpoids passe de l'absence pure et simple de fringues sympa, au chômage, en passant par les remarques permanentes qu'elles se tapent dès qu'elles passent la porte d'un médecin. J'ai vécu un mois complet avec une colloque en obésité morbide. On cuisinait ensemble, on faisait les courses ensemble et on mangeait ensemble. Elle a pas perdu un gramme, j'ai pas gagné un gramme. De quoi me rappeler que si j'étais comme j'étais, c'était certainement pas grâce à ma maitrise de moi ou d'autres bêtises du même genre. J'ai pas de recette miracle. Vraiment.


vendredi 11 octobre 2013

La France ne doit pas être le prochain pays condamné par la cours européenne



En France, aujourd'hui, une femme peut accoucher avec une sage-femme, chez elle. Cette sage-femme doit prendre une assurance responsabilité civile. Cette assurance est hors de portée. Le choix devient donc exercer et risquer la prison, ou arrêter d'assister les accouchements à domicile.
L'Etat doit se pencher sur ce problème. La Hongrie a déjà été condamnée pour une situation similaire. La France ne doit pas être la prochaine.

Vous pouvez agir quelque soit votre profile :


jeudi 3 octobre 2013

4 privet drive, dans le placard sous l'escalier

Les adolescents LGBT ont plus de chances de se suicider que les autres adolescents (entre 7 et 13 fois plus, oui, c'est assez énorme).
Donc, logiquement, certains pensent que le fait d'être suicidaire est un trait de l'homosexualité. Ou encore que d'horribles homophobes poussent consciemment des gens à se suicider.
La réponse est un peu plus simple, pour cela, je vous invite à rentrer dans un placard et écouter ce qui se passe dans la tête d'un adolescent qui éprouve de l'attirance pour le même sexe, ou qui pense ne pas avoir le sexe qui lui correspond.

Si ils (mes parents, mes amis, le chien, ...) savaient ce que je suis, ils ne m'aimeraient pas
///
Je dois être le seul taré à avoir ce genre de pensées
///
Est-ce que je suis un vrai homme si je suis attiré par des hommes ? / Est-ce que je suis une vraie femme si je suis attirée par des femmes ?
///
Seuls les dégénérés ont ce genre de pensées. Donc je suis un dégénéré.
///
Je voudrais tellement construire une famille, est ce que ce sera possible ?
///
Si quelqu'un l'apprenait ? Ça doit se voir... Ça arrivera forcément.
///
Dieu ne m'aime pas
///
Si je pries assez, que je suis une bonne personne, je n'aurai plus ces pensées (quelques mois plus tard) J'ai encore eu ces pensées, je ne suis pas assez pur (quelques mois plus tard) Dieu ne répond pas à mes prières, il ne doit pas m'aimer.

Je n'ai jamais envisagé de me suicider. Mais j'ai eu chacune de ces pensées à un moment de ma vie. Chacune. Dont la première, qui me vient encore régulièrement. Quand on apprend à un adolescent que tout ce qui n'est pas hétérosexuel est haïssable, on lui donne les outils pour se détester, vivre dans la peur et la honte.

J'essaye très fort de grandir.
S'il vous plait, ne me marchez pas dessus.
Signé : La pelouse de BYU

mardi 1 octobre 2013

Le saviez-vous ?

  • Une sage-femme passe en première année le même concours d’entrée que les médecins. Il lui faut cinq années de formation pour être diplômée(1).

  • D’après la loi, voici les compétences reconnues aux sages-femmes : "Une sage-femme assure, en toute autonomie, le diagnostic, la déclaration  et la surveillance de la grossesse normale, du travail et de l’accouchement, ainsi que celle de la mère et de l’enfant après l’accouchement(2)."

  • Dans le cas de grossesses normales où l’accouchement à domicile est préparé et assisté par un personnel qualifié, on n’observe pas d’augmentation des risques encourus tant par la mère que par l’enfant(3).

  • Pour les gynécologues et les sages-femmes exerçant à l'hôpital, l’assurance responsabilité civile concernant les accouchements est payée par l’hôpital(4).

  • L’assurance civile des sages-femmes libérales assistant des accouchements à domicile s’élève à plus de 20 000 € par an(5), contre un salaire moyen de 2 300 € par mois(6) et est bien sûr à leur charge.

Vous voyez où ça coince ?



(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sage-femme#En_France
(2) (L. 2004-806 du 9 août 2004 art. 101-1)
(3) http://www.cmaj.ca/content/166/3/315.full
(4) http://www.cngof.asso.fr/D_TELE/igas%20_assurance_2007.pdf
(5) http://www.ansfl.org/fr/doc/article/lire/lassurance-responsabilite-civile-professionnelle/
(6) http://www.jcomjeune.com/article-metier/sage-femme

samedi 28 septembre 2013

Capitaine Haddock et Professeur Tournesol

Ça fait un moment que ça me travaille. J'ai l'impression que Capitaine Hadock et le professeur Tournesol sont en couple.
D'abord ils habitent dans la même maison, enfin, le même château. Techniquement c'est le chateau de professeur Tournesol (tintin et le trésor de Rackam le Rouge), et il invite Haddock en qualité de descendant des Haddock.
Ensuite quand le professeur Tournesol est enlevé dans les sept boules de cristal, le capitaine dépérit complètement, alors que Tintin est tout fringant (d'ailleurs, Tintin serait-il jaloux et bien content de voir son rival disparaitre ?)
Puis bon, l'absence de femmes, tout ça. Par contre, ils font chambre à part.
Mes journées sont bien occupées comme vous pouvez le voir.

dimanche 8 septembre 2013

Comment aider son enfant gay (même quand on ne le sait pas)


1) 10% de la population est LGBT, considérez que votre enfant pourrait être LGBT et que ce n'est pas grave.
2) Chassez de votre vocabulaire ce qui est homophobe. PD, gouine, déviant, dégénéré, travelo, tapette, etc. ne sont pas des mots qui élèvent. Et ce sont des mots qui font mal.
3) Ne restez pas silencieux quand quelqu'un tient en face de vous des propos homophobes. Qui ne dit mot consent. Un enfant cherche dans l'attitude de ses parents les indices de ce qui lui arrivera quand il en parlera.
4) Si votre enfant vous en parle, évitez de tout ramener à vous ("au collège, j'avais un ami homo"), lui dire que ça passera ou qu'il est pas sûr de ce qu'il avance. De manière générale, évitez de remettre en question ce qu'il affirme. Il a fait un long chemin pour comprendre ce qu'il était et l'accepter. Donc si votre enfant vous dit qu'il est gay, n'affirmez pas qu'il est sans doute bi par exemple.
5) Arrêtez de théoriser sur l'origine. D'éminents médecins s'entretuent sur la question, ce n'est pas avec votre doctorat ES philo de comptoir que vous trouverez la réponse.
6) Vous pouvez admettre que vous n'y connaissez rien, que ça vous fait peur, que ça n'est pas une bonne nouvelle pour vous (et si ce n'est pas le cas, tant mieux aussi). Mais rappelez-lui que vous l'aimez. Quand j'ai fait mon coming out avec mes parents, ça ne s'est pas très bien passé. Mais le fait qu'ils me disent qu'ils m'aimaient m'a donné foi dans l'avenir. Et le fait est, la question est de moins en moins tabou.

Je ne parle pas dans le vide, l'enjeu c'est le suicide. Il semblerait que bien plus que l'hostilité à l'école, ce soit l'attitude des parents qui augmente le risque de suicide des adolescents LGBT. Pousser son enfant à changer son orientation augmente également les risques (Source : http://www.aboutkidshealth.ca/Fr/News/NewsAndFeatures/Pages/Gay-teens-at-greater-risk-without-family-support.aspx)

Le traditionnel extrait de mormonsandgays.com, le site officiel de l'Eglise sur le sujet :
Nous pouvons connaître les homosexuels dans nos lieux de travail, nos congrégations, nos mairies... Ces gens qui comme tout le monde vivent avec des espoirs, des craintes et des aspirations, ces voisins donc, méritent notre amour. Mais nous ne pouvons pas vraiment aimer le voisin d'à côté si nous n'aimons pas le voisin qui est sous notre propre toit. Les membres de notre famille qui éprouvent de l'attirance pour les personnes du même sexe ont besoin de notre amour et de notre compréhension. Dieu aime de la même manière tous ses enfants, beaucoup plus que nous pouvons le comprendre, et Il attend que nous le suivions.

jeudi 5 septembre 2013

Survivre à un viol ou une agression sexuelle

Il prend un air contrit. "J'ai appris pour... Enfin... Que tu as vécu quelque chose de très difficile"
Il passera les dix minutes qui suivent à essayer de me refourguer l'adresse d'un bon psy, me dire que si on fait rien, un jour ça ressurgit.
Tôt ou tard.
Il laisse quelques silences s'installer avant de me dire "Bon, je comprendrais si tu n'avais pas envie de m'en parler, sans doute il vaut mieux que ce soit avec un professionnel".
J'avoue, sur le moment, j'ai fait ma docile. J'ai exprimé juste le fait que je n'en ressentais pas le besoin. En gardant le sourire, tout ça. (Je travail sur ma gestion de la colère, ça me rend très très hypocrite)

Alors j'ai un grand message pour vous :
Les agressions sexuelles et les viols concernent à la louche une femme sur trois et un homme sur six. Or une femme sur trois n'est pas en dépression, frigide, ou sur le trottoir. Remettez-vous. Je n'irai pas voir un psy. D'abord parce que la psychologie telle qu'elle est pratiquée et enseignée actuellement est terriblement loin des exigences et des protocoles qu'on impose au moindre cachet d'aspirine(1). Ensuite, parce que je vais très bien. Je n'ai pas de flash-back, je ne déteste pas mon corps, ma sexualité va très bien et suit la loi très prédictive de ma fertilité et est somme toute, très banale. Je ne nie pas le fait que les violences sexuelles soient particulièrement difficiles à surmonter. Mais j'avais onze et treize ans, j'aimerais qu'à vingt-cinq ans, j'ai le droit d'aller bien sans qu'on me déclare que tôt ou tard, ça ressortira.

Je ne suis pas une pauvre petite chose, une fille abîmée, et surtout je ne suis pas une exception. Arrêtez de me victimiser. Je ne suis pas la seule et je vais très bien. Si vous voulez vraiment aider les victimes de violences sexuelles, commencez par admettre qu'elles représentent beaucoup de monde autour de vous, que c'est pas parce que vous  connaissez une victime que vous êtes de facto un spécialiste de la question (en fait tout le monde connait des victimes de viol). Sinon, voici d'autres conseils :

-On observe moins de syndromes post-traumatiques chez les victimes qui ont pu être écoutées rapidement après l'agression.
-Être écouté sans être jugé, et cru par l'entourage joue aussi un gros rôle dans la rémission (le conjoint étant celui qui aura le plus fort impact positif comme négatif -> Tu m'étonnes que ce soit difficile de s'en remettre quand le conjoint ne vous croit pas, vous dit que c'est votre faute, ou cerise sur le gâteau, le cas extrêmement courant du conjoint jaloux du violeur, la réaction WTF).
-En revanche, le simple fait de parler de son agression, passées les premières 72h n'a montré aucun signe d'amélioration. Donc la psychologie à deux balles, dehors. (Cela concerne tous les chocs traumatiques, une étude sur les victimes d'AZF m'avait bien éclairée sur le sujet)
-Avoir activement résisté pendant l'agression est un facteur dans le rétablissement. Donc si vous voulez agir en amont, apprenez aux enfants à se défendre, à taper, à crier. Ça ne les protégera pas de TOUTES agressions, mais ils s'en remettront plus facilement.

Je finirai avec cette citation :
"Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre" - King Kong Théorie, Virginie Despente

PS : Lire des récits de viol diminuent l'estime personnelle des femmes et augmente celle des homme. C'est triste, c'est agaçant et je ne l'explique pas (pas plus que les chercheurs qui ont mis en évidence de mécanisme, ils se sont juste contentés de mesurer l'impact sur l'estime de soi perçu). Donc comme en plus après 72h, ça ne change plus rien au choc, je n'encourage pas le racontage gratuit. Si ça vient de vous arriver, surtout, parlez-en en détail, en pleurant à chaude larme à quelqu'un qui vous croira et est capable d'écouter en hochant la tête. Votre cerveau vous dira merci. Passé ce délai, faudra trouver d'autres solutions.

(1)Discussion avec une amie qui a un master en psycho : Ce qu'on lui a enseigné à la fac, c'est que pour aider une victime de viol, il faut lui faire comprendre que c'est de sa faute. Parce que si on ne le fait pas, elle paniquera en se rendant compte que quoi qu'elle fasse, cela pourrait se reproduire. On applaudit bien fort, la faculté de Nantes, si j'avais le nom du prof, je vous donnerai même son adresse e-mail pour que vous lui envoyiez des bisous de ma part... A moins d'être formé en traumatologie (le Dr Salmona est en France une référence), un psy peut faire beaucoup de dégâts.

mercredi 28 août 2013

Le mariage pour tous, effondrement de la famille traditionnelle ?

Je ne suis pas pour le mariage pour tous. Il est passé. J'ai mis du temps à comprendre pourquoi, même si je partageais l'opinion des manifs pour tous, leur mouvement me sortait par les trous de nez.

Puis j'ai compris. J'ai compris le jour où j'ai appris qu'un ami qui avait fait le déplacement province-paris pour manifester, que cet ami-là donc, avait aussi passé les trente dernières années à flipper parce qu'il avait un fils illégitime qui aurait pu réclamer qu'il le reconnaisse. Et que maintenant, il y avait prescription, ouf, il pouvait enfin respirer.

Alors pitié, quand vous vous apprêtez à dire "la société va mal, la famille traditionnelle vient de recevoir son plus grand coup de poing dans la face" en parlant du mariage pour tous, rappelez-vous que je suis au fond de la salle et qu'avec mon petit regard en biais, je vous juge. Je vous juge de toute ma personne, de tout mon être (et c'est pas bien). Vous qui avez été capable de vous convaincre que ce n'est pas une forme de peur, mais la défense de la famille traditionnelle qui vous anime. Admettez simplement que ça vous fait peur. C'est pas grave d'avoir peur, c'est pas grave d'être effrayé par quelque chose qu'on ne connait pas. Le reconnaitre permet de commencer le chemin qui nous rendra plus tolérant. Par contre, se mentir à soit même, ça a d'autres conséquences.

La famille traditionnelle est menacée. Pas à cause du mariage pour tous. Elle est menacée par le nombre d'enfants qui naissent hors mariage chaque année. Par le nombre de pères qui laissent le choix entre l'avortement et la séparation. Elle est menacée par le nombre de divorces. Elle est menacée par le nombre de personnes, homme ou femme, qui considèrent que c'est normal de jouir sur du contenu pornographique alors qu'ils sont en couple. Elle est menacée par les époux qui considèrent que flirter n'est pas bien grave. Que tromper ne fait de mal à personne tant que l'autre ne le sait pas, et donc n'en souffre pas. Elle est menacée par nos vieux qu'on laisse crever dans d'infâmes mouroirs. Par nos jeunes qu'on met à la porte parce qu'ils sont enceinte, drogué ont besoin d'aide. La famille traditionnelle est menacée par le temps d'échange parent/enfant qui ne cesse de diminuer depuis plus de vingt ans. Elle est menacée quand on fait comprendre pendant vingt ans à son fils ou sa fille qui est gay secrètement, qu'on n'aime pas les gay et qu'ils sont bizarres. Elle est menacée aussi quand vingt plus tard on coupe les ponts avec le-dit enfant ouvertement gay désormais.

Par contre, pour toutes ces raisons, personne n'est allé manifester. Parce que le plus grand fléau, c'est pas les familles qui se désagrègent petit à petit, non, le plus grand fléau, c'est que deux personnes qui s'aiment puissent le dire devant un maire.

Je ne suis pas pour le mariage pour tous. Mais si nous voulons protéger la famille, allons embrasser nos gosses, rendre visite à celle qui est dans une maison de retraite et honorons celui ou celle que nous aimons en lui étant fidèle.

jeudi 15 août 2013

Je veux comprendre la théorie du genre

La "théorie du genre" c'est le terme utilisé généralement pour ceux qui s'y opposent. Les autres parlent d'étude sur le genre. J'ai essayé de faire une vidéo pour expliquer ce qu'est le genre.




Les études sur le genre cherchent donc à déterminer ce qui fait qu'on se sent homme ou femme. Elles ne disent pas toutes la même chose. Il n'y a pas une théorie du genre, il y a un concept. Une étude sur le genre se demandera ce qui est vraiment féminin et ce qui est le résultat de notre culture. Par exemple, porter une robe pour une femme, c'est culturel. Par contre, est-ce que les performances sportives c'est biologique ou c'est de la culture ? Et ne dites pas fastoche, on est parfois surpris d'apprendre que ce qu'on croyait typiquement féminin est complètement culturel. Saviez-vous par exemple que les chevaliers tombaient souvent dans les pommes d’émotion ? Donc la propension à défaillir est en fait culturelle. La question de l'homosexualité peut faire partie d'études sur le genre également.

La sexualité féminine expliquée par une femme

Je publie ici une lettre qui n'est pas de moi, mais de ma sœur jumelle. C'était son conseil à la jeune mariée. Dans le reste de mon blog je dis qu'en matière de sexualité l'homme et la femme sont différents. Elle au contraire part du postulat qu'ils sont identiques et le résultat est inspirant.

 

Le machisme dont on a hérité (ça fait des siècles qu'on vit dans une société machiste, donc on se débarrasse pas aussi rapidement des mauvaises habitudes) a rendu les relations sexuelles incroyablement compliquées.
Parce que l'homme a des privilèges, et entre autre le privilège que le sexe soit un cadeau pour lui et pas pour la femme. La société va enseigner le sexe en prenant le point de vue de l'homme, de ce qui lui, aime.

Exemple:    En regardant du porno la femme peut apprendre des trucs pour faire plaisir à l'homme
                  En regardant du porno, l'homme n'apprends rien sur la manière de faire plaisir à la femme.

                  Dans les magasines on va lire plein de trucs sur "comment rendre son homme fou au lit"
                  On ne lira jamais dans les magasines pour homme "comment rendre votre femme folle de plaisir".

Si un homme n'arrive pas à faire jouir sa femme, c'est parce que PERSONNE ne lui a appris. Parce que ce qui fait plaisir à la femme, la société s'en fout.

Bien, maintenant que j'ai tapé sur le machisme,je vais parler d'embryologie :

Au départ un embryon garçon et un embryon fille sont exactement pareil.
Si aucun signal n'arrive, l'embryon garde un appareil génital féminin. Si un signal contradictoire arrive, la différenciation en sexe masculin arrive et les organes poussent, descendent, remontent, bref, se modifient pour faire descendre les ovaires dans les sacs boursiers, le clitoris s'allonge pour devenir un pénis etc...

Donc, en réalité, nos corps, qui ont l'air si différent, sont faits des mêmes tissus, aux mêmes endroits. On devrait donc fonctionner de manière identique (c'est un peu faux ce que je dis, il y a quand même des différences, mais c'est pour caricaturer)

Notre clitoris est très innervé, comme le pénis. Quand il est excité il gonfle et a une érection, comme le pénis.Et quand il est en érection il est encore plus sensible, comme le pénis.
Le clitoris, c'est pas juste un petit truc qui dépasse, il a des ramifications à l'intérieur, assez longues, qui remonte en entourant le vagin.
Quand le clitoris est gonflé, sa partie intérieur, qui est juste sous la muqueuse du vagin, est plus sensible. Donc en réalité, quand on a du plaisir pendant la pénétration, c'est toujours grâce au clitoris.
Mais bon, il n'y a pas de contact directe, puisqu'il y a l'épaisseur de la muqueuse. Donc c'est un peu comme un homme avec un préservatif, on va pas dire qu'il sent rien, mais c'est un poil plus difficile d'avoir du plaisir, même si c'est quand même possible.

L’érection peut être obtenue de plein de manière différentes:
en touchant,

en aillant des pensés excitantes, 
en touchant d'autre zones érogène, 
chez l'homme comme chez la femme.
Donc une femme en début de relation peut avoir une érection sans que son compagnon ai eu besoin de toucher directement son clitoris. Elle peut donc prendre du plaisir seulement par la pénétration, puisqu'elle est déjà très excitée et que son clitoris, gonflé, lui donne du plaisir au moment de la pénétration, par sa partie intérieure.

Certaine femme ont la machine à fantasmer très en forme, elles n'auront donc pas trop besoin de préliminaire, jouiront facilement, et croiront, à tors, qu'elles sont vaginale, et pas clitoridienne.
D'autre femmes, ne comprendront pas pourquoi elles avaient du plaisir si facilement au début et pourquoi, maintenant, c'est plus difficile. Alors que c'est juste normal, ça marche pour les hommes comme ça aussi:

Au début de la relation, un contact bénin peu leur donner une excitation et une érection,
alors qu'après un peu de temps, l’érection n'arrive pas aussi rapidement et automatiquement.

Bien, maintenant compare ce que tu sais sur le plaisir féminin et ce qu'on dit d'un rapport sexuel:

un rapport cool c'est : 

un peu de préliminaire, 
puis pénétration, 
et allez retour de l'homme jusqu'à ce que son plaisir augmente, 
qu'il accélère la cadence
et qu'il jouisse.

à part deux minutes au début, à quel moment on s'occupe du plaisir de la femme?

Inverse la situation, si on s'occupait de l'homme comme on s'occupait de la femme.

Tu touches un peu son pénis au début, 

puis tu te mets pendant tout le reste du temps à toucher une zone qui n'est pas vraiment érogène : on va dire le lobe de l'oreille. 
Tu t'acharnes longtemps sur son lobe de l'oreille, 
tu t'acharnes fort, parce que c'est ce qu'on t'a dit qu'il fallait faire,
et puis tu jouis et tu te dis "mince, ça a pas marché, il a pas jouis"

Bon, j'exagère, le vagin c'est pas insensible non plus, mais imagine un autre truc qui donne un peu de plaisir, mais qui est secondaire, je sais pas, si au lieu du lobe de l'oreille tu t'occupais d'un petite zone à la base du pénis, ou des testicules, je sais pas...
Je dis pas que pendant cette séance il aura zéro plaisir, mais que tu n'arriveras JAMAIS à le faire jouir comme ça, sauf si il fantasme comme un dingue, et encore il faudrait qu'il soit un vrai yogi du sexe.

Au début, il aura une érection, du plaisir, mais comme dès que les préliminaires sont finis tu ne t'occupes plus de son pénis, il va perdre son érection, et en même temps toute sa sensibilité érogène.

Un autre point. Ta partie intérieur du clitoris peut être stimulée si le contact est important : au tout début de la pénétration, quand le vagin est encore très serré ou à la toute fin, quand quelques secondes avant de jouir, le pénis de l'homme s’élargit et devient plus dur.
Là, la pénétration est agréable.

Ce qui apporte du plaisir à ton partenaire, c'est la pénétration. Si tu veux en prendre aussi, tu n'as pas le choix:
 il faut que ton érection soit entretenue du début à la fin.
                                -Soit en continuant de toucher la partie externe (trois façons : il te touche pendant la pénétration, tu te touche pendant la pénétration ou (version pas toujours efficace) la position que vous utilisez permet qu'il y ait un frottement au niveau du clitoris)

                               -Soit avec une stimulation intellectuelle (fantasme, jeu de rôle etc...)

                              -Soit avec la stimulation d'un point érotique secondaire, qui provoquera une érection à distance. Et là c'est ton boulot de trouver ces zones secondaires et de lui dire lesquelles fonctionnent. Même si elles sont bizarres.

                              -Y a aussi l'option du point G : le point G c'est une zone dans le vagin où la partie interne du clitoris est très proche : certaines positions font que le pénis appui sur cette zone et permet donc de donner du plaisir avec une pénétration seule.

Et tout comme l'homme la vitesse compte : si il va hyper vite au début ça peut devenir désagréable, c'est seulement vers la fin, quand le plaisir est maximum, qu'il ressent l'envie d'aller plus vite. Si dès le départ on s'acharne sur le clitoris en allant très vite et très fort, ça ne marche pas.

C'est très important que tu lui apprennes, toi, ce qui marche, parce que personne ne lui a jamais appris.

Tu peux lui demander de ralentir si tu sens qu'il va jouir et que tu n'as pas encore atteint un stade acceptable de plaisir, ou vous pouvez faire une pause et vous occuper un peu plus de toi le temps que tu rejoigne son niveau,puis reprendre à deux, vous pouvez essayer de voir ce qui vous fait plaisir sans vous focaliser sur la pénétration, tu peux lui dire quand il a fait un truc qui marchait vachement bien pour qu'il continu etc...Il peut aussi se faire à l'idée que c'est pas parce qu'il a joui qu'il ne peut plus s'occuper de toi (même si, pour être honnête, il n'en aura vraiment pas envie, parce que hormonalement c'est comme ça, après avoir joui, généralement on a envie soit d'être tranquille, soit de faire un câlin soft), ou vous pouvez attendre un peu qu'il puisse être à nouveau excité et recommencer plus tard ( ça dépend de son temps de lantence, qui varie d'un homme à l'autre)

ça va être galère, y a peut-être des moments où il aura entendu ce que tu lui disais mais où il ne le fera pas, il faudra insister, lui répéter, il se peut que certaines semaines il oublit un peu. Il se peut que des trucs marchent à un moment et pas à d'autre, que tes envies changent.
Chaque mec que j'ai connu fonctionnait comme ça, au début ils faisaient tout de travers, j'essayais d'expliquer, des fois j'avais l'impression d'avoir parlé dans le vent parce que pendant une semaine je ne jouissais pas une seule fois, des fois je me fâchais, je me creusais la tête pour savoir comment leur dire sans les vexer etc... ça va être galère, parce que grâce à cette merveilleuse société on part du postulat faux qu'un rapport sexuel comporte principalement une pénétration et que c'est ça qui est important.
Bref, bonne chance dans ta galère

lundi 12 août 2013

Jésus n'aimait pas le slut shaming*

*Le slut-shaming, consiste à faire se sentir coupable ou inférieure une femme dont l'attitude ou l'aspect physique seraient jugés provocants ou trop ouvertement sexuels, qui cherche à se faire avorter, ou même qui a été violée.

La bible nous offre plusieurs témoignages du comportement du Christ face à ce qu'on appellerait aujourd'hui, une sa**pe.

La première, lave ses pieds avec ses larmes et les essuie avec ses cheveux (Luc 7 : 37-39). Les gens qui assistent à la scène se disent que si Jésus était réellement un prophète, il aurait su qu'il s'agissait d'une pécheresse. Et d'elle il dit "C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés : car elle a beaucoup aimé." (v.47)

La seconde, une samaritaine, qui a eu cinq maris et vit désormais en concubinage, est enseignée par le Christ (Jean 4 : 1-30). Il lui révèle qu'il est le messie, alors qu'il défendait à ses apôtres de parler de ce sujet. Ceux-ci eux-même s'étonnent de le voir discuter avec une samaritaine. Elle deviendra un témoin privilégiée et amènera à la conversion plusieurs personnes.

Angelika Kauffmann - Christus und die Samariterin am Brunnen -1796

La troisième, surprise en adultère est amenée pour être lapidée. Que lui dit-il ? "Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus." (Jean 8 : 11)

Jésus ne jugeait pas. Il nous a demandé d'en faire autant. Le slut shaming n'est pas une valeur chrétienne.

jeudi 25 juillet 2013

Je ne serai jamais photographe de mariage !

Ma petite soeur d'amour m'a demandé de faire des photos à son mariage. Eh bien, je vous le dis, c'est un métier pourri. Tu es là avec ton appareil, t'as l'impression de faire suer tout le monde, tu stresses en te demandant si le résultat sera à la hauteur des attentes. Et bon, franchement, mon appareil photo est un peu un gentil looser. Je l'aime très fort, mais il y a un bruit de taré (les petits pixels partout... Voilà). Et pour finir, mon ordinateur a crashé juste après que j'ai envoyé sur une dropbox mes clichés préférés. Il ne reste donc plus que... mes photos préférées (c'est une bonne excuse pour par montrer les clichés flous, moches, sans intérêt, etc.). Et puis j'ai fait les réglages de couleurs sur un PC avec un écran chelou (celui qui a crashé le lendemain). Donc les couleurs sont cramées, et puis et puis et puis. Et puis c'est fini et je me suis dit "et encore heureux que personne ne paye pour ça, j'aurais eu trop honte".

En vrac donc...


















mercredi 3 juillet 2013

5 Conseils à des futurs jeunes mariés (vierges)

Il existe encore sur cette planète, quelques individus qui, tenez-vous bien... Arrivent vierge au mariage ! Dans quelques jours je vais assister au mariage de deux de ces sexy créatures mythiques. Sisi, elles existent. Alors je leur dédie cet article. C'est mon point de vu, c'est pas universel. C'est du genre froid et pas glamour, mais j'assume.

1) L'hymen n'est pas un voile qu'il faut rompre. La majorité du temps, il entoure l'ouverture du vagin mais ne l'obstrue pas. Le but n'est pas que ça saigne, que ça craque ou quoi que ce soit. Si on s'y prend tranquillement, il se détendra, sans douleur et sans larme. Si ce n'est pas le cas, ça nécessite une opération chirurgicale. Voire mon article sur à quoi sert l'hymen.

2) Il y a un truc très pénible qui arrive de temps en temps lors des premiers rapports, qui pourrait l'être beaucoup moins si on en parlait plus, qui s'appelle le vaginisme : Contraction involontaire des muscles du vagin qui empêche partiellement ou entièrement la pénétration. Ça ne dépend pas de l'ouverture d'esprit, du désir ou encore de la motivation. Les médecins disent que c'est psychologique. C'est possible, ou pas. Si ça arrive, n'essayez pas de forcer, ça fera mal à tout le monde. Ce n'est pas la faute du mari, ce n'est pas celui de la femme et ça arrive. Ça pourrait très bien disparaitre comme c'est venu.

3) La flore bactérienne du vagin peut être un peu déséquilibrée par un premier rapport sexuel. Arrive alors la très joyeuse "cystite de la jeune mariée", infection de la mort qui tue, qui fait bien mal. Si vous voulez que la nuit de noce soit pas le premier et dernier rapport sexuel avant les deux prochaines semaines, il y a un moyen simple testé et approuvé par une cystitique chronique : douche du monsieur avant. Sinon reste le préservatif qui marche aussi, mais bon, pourquoi enfiler un gant si il suffit de se laver les mains ?

4) Toujours contre les infections urinaires et vaginales, mais ça tient aussi pour la suite, pas que pour la nuit de noce : Lavez-vous tous les deux entre deux rapports. Pareil si vous passez d'un type de rapport à un autre. Les flores buccale, anale et vaginale ne sont pas pareils, si vous les mélangez c'est l'IST assurée.

5) Et quand c'est fini, il arrive que quelques minutes après, l'envie d'aller aux toilettes se fasse sentir pour la fille, ce n'est pas pour rien. Uriner après un rapport sexuel empêche les infections urinaires.

Voilà, voilà. J'espère qu'après ça, j'ai pas tué toute envie de vous sauter dessus.

Et n'oubliez pas, on pensera tous très fort à vous

samedi 29 juin 2013

Mormon / LGBT... Remplacer un mot par un autre

Je me suis mal fait comprendre dans mon dernier article. Je sais que c'est dur, que ça semble bizarre, mais si on retournait le discours habituel. Si on remplaçait le mot "mormon" par le mot "membre de la communauté LGBT" Voilà ce que je veux dire :

En tant que mormon membre de la communauté LGBT, nous nous devons d'être des exemples. Les gens ont les yeux braqués sur nous et peut-être seront-nous la seule personne mormone ouvertement LGBT qu'ils rencontreront. Jésus a dit "aime ton prochain comme toi même", aussi devons nous les aimer, sans les juger. Sans doute apprendront-ils à notre contact que nous sommes des gens normaux, pas des gens bizarres.

Tu aimeras ton prochain comme toi même

On pourrait dire que c'est scandaleux, tous ces chrétiens qui ne suivent pas le commandement le plus important que Jésus lui-même a donné. Le mariage pour tous, maintenant les chaines sur la théorie du genre, pourquoi tant de haine ? Pour moi c'est l'affaire dreyfus moderne.

Surtout ! ne parlons pas de l'affaire Dreyfus
... Ils en ont parlé...

Par foi, j'ai choisi de ne pas me manifester en faveur du mariage ouvert aux personnes de même sexe. Je suis aussi profondément convaincue de l'importance du genre. Il n'empêche, à chaque fois que quelqu'un parle de ce sujet, je me sens agressée. C'est plus fort que moi, à la fin je colle l'étiquette "gros plouc" sur celui ou celle qui a donné son avis sur "pourquoi la théorie du genre et le mariage gay va détruire la société". J'en ressors énervée pour des heures, des jours, des semaines. Je n'en peux plus, au point qu'il y a un mois, en larme, j'essayais d'expliquer devant une assemblée de mormons, qu'ils fallait qu'ils sachent que j'étais dans ce clan de destructeur de l'ordre moral avant de balancer n'importe quoi. Ça a pas changé grand chose, je me suis sentie super mal, je me sens toujours super mal. Et j'apprends que moi aussi, va bien falloir que j'applique ce précepte : Tu aimeras ton prochain comme toi même.

Je me suis encore frittée avec une mormone hier, sur internet. J'aurais pu prendre cette formidable chance de lui apprendre que le travestissement n'avait rien à voir avec l'homosexualité, ou encore que l'orientation sexuelle est une chose et l'activité une autre. Mais j'ai pas pu, trop occupée à essayer de traduire "T'es qu'une grosse plouc" en message non-violent (j'ai échoué, cela va de soit). J'ai pas réussi à appliquer avec elle ce que je lui demandais de faire.

Des conseils ? Je m'enferme dans une grotte et je coupe ma connexion wifi jusqu'à ce sujet ne soit plus le hobby des journalistes ? J'imprime des tracts "LGBT pour les nuls" et je fais du porte à porte ? Je vais à l'église avec des boules quies ? Ou alors j'y vais plus du tout ?

mercredi 26 juin 2013

Les mormons ont droit au sandwish... On me demande des sources

Si vous tombez par hasard ici, sachez que le Sandwich, c'est ma tartufferie pour parler d'une pratique sexuelle qui commence par S et qui fut nommé d'après une décadente ville biblique...

Alors, des sources, des sources...

J'aurais tendance plutôt à pointer l'absence de source de ceux qui disent que les mormons n'ont pas le droit au sandwich. Mais ce serait petit.

1) Ce qui pourrait interdire le sandwich

Dans l'islam, c'est clairement écrit noir sur blanc.
Dans l'église catholique, c'est la déduction logique de la condamnation d'Onan. En gros, la sexualité c'est fait pour procréer, donc tout ce qui en sort n'est pas autorisé. Donc pas de sandwich.
Quant aux juifs, il aurait été étonnant que cette partie de leur vie ne soit pas également codifiée et  réglementée. Pour eux, pas de sandwich non plus dans la plupart des courants (cela dit, réglementé veut pas dire ennuyeux).
Chez les mormons, on dit clairement que la sexualité est faite pour procréer ET pour unir le couple. Donc l'argument catholique ne tient pas. Et nul mention du sandwich dans le livre de mormon (pas plus que dans la bible d'ailleurs pour ce qui est des rapports hétérosexuels).

2) Ce qui est dit dans la pratique


Comme il n'y a pas de texte qui en parle, ni dans la bible, ni dans le livre de mormon, ni dans les révélations modernes (le jour où un apôtre mormon fera une déclaration en la matière, vous inquiétez pas, ça fera un buzz aussi gros que les préservatifs du pape), qu'est ce qui se passe en pratique ? Les évêques, qui interrogent les fidèles sur leur dignité pour aller au temple par exemple, ont l’instruction de ne pas poser de question sur la sexualité des couples mariés. En gros : respectes-tu la loi de chasteté, oui ? non ? C'est tout. Pour la source ça va être coton : C'est dans le manuel d'administration 1 auquel le grand public n'a pas accès. Mais vous pouvez demander au premier évêque mormon que vous croisez de vous confirmer.

La seule pratique que l’église condamne fermement et de manière récurrente, c'est la pornographie.

3) Alors d'où vient cette légende ?


Je vous laisse l'explication d'un mormon qui a eu accès au manuel d'administration 1 notamment. Ce qui est marrant, c'est que là aussi, on use de périphrase pour décrire le sandwich. Quand je vous disais que c'était the big tabou :
A la nouvelle génération de cette église qui a entendu parler d'interdits explicites dans la sexualité conjugale et qui se demande s'il s'agit de légendes urbaines, je vous informe que ce n'est pas une légende urbaine, mais que le déroulement de l'histoire de cette légende urbaine est très intéressant finalement. Il y a quelques dizaines d'années, l'église mormone a publiquement pris position de manière explicite contre certaines pratiques sexuelles dans le couple (sans rentrer dans les détails, certaines pratiques qu'on peut concevoir entre un homme et une femme sans faire un effort surhumain d'imagination). La réaction de nombreux couples épanouis et actifs sexuellement a été immédiate et le siège de l'église a été assailli de courriers demandant aux dirigeants de l'église de s'occuper de ce qui les regardaient et de laisser tranquilles les adultes mariés consentants et épanouis qui construisaient leur sexualité conjugale comme bon leur semblait dans le respect mutuel et l'amour sincère.

L'église a réagi de la manière la plus appropriée qui soit, puisque quelques mois après, elle a envoyé à tous les dirigeants de l'église un courrier très clair qui stipulait que les entretiens que les dirigeants de l'église avaient avec les membres mariés de l'église devaient totalement s'abstenir d'aborder les questions de l'intimité conjugale. La parenthèse était refermée et cela ne pris que quelques mois. Par ailleurs les instructions qui avaient fait débat ne sont jamais entrées dans les manuels d'instruction des dirigeants de l'église et aujourd'hui, aucune documentation qu'elle soit publique ou qu'elle apparaisse dans la documentation interne donnant instruction sur la direction de l'église (j'y ai accès) ne mentionne de près ou de loin ce qui doit se passer dans la chambre conjugale. Cela n'a pas empêché des dirigeants parfois bien intentionnés de ressortir des photocopies de photocopies de cette instruction obsolète en traumatisant et perturbant la vie intime de milliers de membres de l'église pendant encore plusieurs années. 

Conclusion

" Dans le respect mutuel et l'amour sincère "

Par contre, je le répète, mettre la pression sur quelqu'un, c'est pas faire preuve d'amour sincère. Il y a tout un tas de personnes normalement constituées et pas coincées pour lesquels le sandwich ne fait absolument pas partie des fantasmes. Et si le seul moyen que votre moitié a trouvé de s'en défendre, c'est de brandir une interdiction qui n'existe pas, posez-vous la question de la nature de vos relations et de la liberté de dire non sans être la cible d'une guerre d'usure. Obliger quelqu'un à avoir un rapport sexuel, ça s'appelle du viol. Que cet article ne soit pas utilisé comme moyen de pression.

mardi 18 juin 2013

La sexualité des mormons : Petite réflexion sur un tabou mormon

Cet article n'est pas tout public. On y répond notamment à la question "les mormons ont-il droit au sandwich ?"



Si vous êtes majeurs, que vous avez pas peur de lire des choses très hardcore ...

dimanche 16 juin 2013

Cicatrice de pirate


Enceinte, je me trouvais sublimement ronde, à me demander pourquoi on ne pourrait pas aduler les rondeurs en dehors de la période où nous couvons. Mais le poids du "mangez-bougez" était trop fort. On doit être en bonne santé nous dit-on, entendre "mince". Les kilos me quittent à leur rythme, les muscles se retendent et même si dans l'intimité je m'en fiche, je mentirais en prétendant que quand je sors, je ne m'interroge pas sur la perception qu'auront les autres de ces hanches plus larges, de ce ventre encore un peu rond.

Ne me dites pas que je n'ai pas le droit de le dire, que je devrais m'estimer heureuse. Je vous répondrais que vous non plus, vous n'avez pas à vous poser ce genre de question et que vous le faites quand même.

Et puis il y a ces vergetures, qui marquent le corps, qui nous rappellent qu'il a repoussé ses limites pour donner la vie. "Pas de chance", m'a-t-on dit... Il parait que j'ai plus qu'à éteindre la lumière.

J'ai envie de célébrer ce corps, montrer mes tatouages de mère. J'ai envie que ce ne soit pas une honte, mais une fierté. Je ne me sent pas abimée, je me sens belle. Mon billet tombe le jour de la fête des pères, alors je souhaite une joyeuse fête des pères à mon mari qui m'a toujours fait sentir être une déesse de la fertilité et qui partage avec moi notre parentalité.

Et pour conclure, voici un projet d'une photographe américaine qui posait la question suivante : Combien de fois voyez-vous votre morphologie célébrée dans les grands média ? Elle a cherché à montrer le corps des femmes, de tout type, et de montrer sa beauté.

vendredi 14 juin 2013

J'ai un nénuphar dans les poumons

Dans la vie, il y a deux catégories : Ceux qui somatisent et ceux qui font suer le monde. Moi j'étais dans la deuxième catégorie. Et puis je me suis réveillée avec un nénuphars dans les poumons et dans une maison plus petite. J'ai essayé de discuter avec lui : Casse-toi, t'inquiète pas, je sais bien pourquoi tu es là, voilà, tu vois, c'est pas la peine de rester.

Il m'écoute pas.

C'est joli les nénuphars, mais ça fait mal.

[Edit : Comme on peut plus se lamenter en mode "j'ai un nénuphar" vachement plus classe que "j'ai une fibromyalgie qui affecte indirectement la respiration", je précise : Je ne vais pas mourir. Je vais peut-être même pas aller voir le médecin... J'ai juste mal]

mercredi 22 mai 2013

Anniversairophobe

Demain c'est mon anniversaire de mariage. Je ne sais toujours pas quoi offrir à mon cher et tendre. Non, je ne lui ferais pas un bon pour une danse du ventre 100% sexe, ni pour un massage 100% sexe, ni pour une soirée 100% sexe... les bon pour... 100% sexe c'est valable pour les gens qui ont une vie 0% sexe. Je dis pas que ma vie sexuelle est fantastique en ce moment, je dis juste que je n'admettrais jamais un truc aussi moche par cadeau interposé.
Ce genre de drame m'arrive à peu près tout le temps depuis un an. Déjà je m'en rappelle, hein, parce que cette année, j'ai capté que je venais de rater l'anniversaire de ma soeur jumelle le lendemain. Je dois avoir un problème avec cette tradition. Mon mari a même eu un de ses cadeaux d'anniversaire le noël suivant (il est né en mars, cherchez pas, j'avais pas d'excuse).
Alors on se creuse les méninges. Qu'est ce que mon mari aime, qui ne se commande pas sur internet (trop tard), que sa mère ne lui offre pas déjà pour tous les noëls, anniversaires, jours de son saint patron (des chaussettes) et qui pourrait rappeler le romantisme de quatre ans de mariage ? J'ai trouvé : Les cadeaux qui se mangent. Il aime toujours les trucs un peu louches et comestibles. Alors allons-y pour un pâté de morue du pôle nord au vinaigre de papaye. Quatre ans c'est quoi déjà ? Les noces de cire... Bon ben non, ça marche pas. Non, il aime pas particulièrement les bougies non plus.

vendredi 17 mai 2013

Femme mormone : Noémie

Voici Noémie, baptisée depuis pas longtemps (et je m'excuse à l'avance pour le "baptisée depuis peu longtemps" qu'on m'entends dire dans la vidéo -_- je serai jamais journaliste).
Je me reconnais dans ce qu'elle raconte, parce qu'elle s'est posée la question de la place de la femme. Je sais pas si on est arrivées aux mêmes conclusions, personnellement je suis toujours en recherche sur ce sujet. Bref, voici Noémie.


vendredi 10 mai 2013

Trans


Jen est lesbienne. Mais Jen est mormone aussi. Pire que ça, elle aimerait vraiment être une bonne mormone, mais Jen est amoureuse de sa petite amie alors ça pose un gros problème. Elle part au pays des mormons pour faire le point. Ce soir il y a un groupe de parole sur le sujet, un truc sur le mormonisme et l'homosexualité, elle s'assoit tranquillement, attendant que ça commence. Une grande blonde vient à coté d'elle, un peu forte mais plutôt jolie et féminine. Quand elle raconte cette histoire, Jen se souvient de sa jupe qui était vraiment sympa... Et de ses longs cheveux blonds. La blonde a parlé et en fait, c'était un blond. Jen manqua tomber de sa chaise. Et moi quand elle m'a rapporté son anecdote, j'ai immédiatement fait le lien avec la jolie blonde qui parle souvent sur le groupe facebook, celle que j'ai mis trois mois à prendre pour une alliée hétéro puisqu'elle avait un petit copain.

*

Le bébé est né, il s'appelle Henry, c'est le numéro trois après un garçon et une fille. En bonne santé, parfait en tout point, mais son pénis est vraiment... comment dire... vraiment tout petit. Sa mère se rappelle de son premier fils, bien sûr à cet âge c'était pas très grand, mais comparé à son nouveau petit frère, c'est carrément bizarre. Les médecins viennent, l'interne veut leur soumettre la question. On vérifie, on discute, on fait passer des examens, finalement la réponse tombe : Henry n'est pas vraiment un petit garçon, en dessous il y a un utérus qui sera parfaitement fonctionnel. On l'opère, on modifie l'état civil et de Henry on passe à Charlotte. Et Charlotte grandit. Aujourd'hui elle a un petit ami, un traitement hormonal et une dernière opération parce que les tampons ne passent pas. Sa mère flippait un peu, on lui avait dit que ce genre d'enfant devenait homosexuel plus souvent que la moyenne.

*

Vin d'honneur, il fait chaud et les invités discutent pendant que les mariés sont de corvée de photo. J'ai mon verre de sangria sans alcool à la main et je discute avec cette femme qui doit avoir la cinquantaine. Elle est grande, a un visage découpé à la hache par un mauvais chirurgien esthétique et une voix chaude et grave à chanter du vieux blues. J'ai pas vraiment de doute à son sujet : elle a des jambes de rêve et du ventre alors que les femmes prennent généralement des fesses et les hommes de l'abdomen. Pourtant sa robe laisse voir un décolleté tout à fait acceptable. Elle me raconte qu'elle est prof, mais qu'avant elle chantait dans des bars. Son copain est avec elle. Et moi, alors que j'ai la conviction profonde que c'est un trans, aujourd'hui encore quand je vous le raconte, je peux pas m'empêcher de dire "elle", parce qu'elle respirait la féminité et qu'à discuter avec elle j'ai appris que non contente d'être une femme, elle était en plus une femme extraordinaire.

*

La trans-sexualité c'est un peu plus compliquée qu'une bande de folles qui aiment se travestir. Moi qui suis dans une religion qui croit que le genre est une caractéristique éternelle (nous étions féminin ou masculin avant de naitre) je ne sais toujours pas si c'est l'identité qui n'est pas la bonne ou le corps qui n'est pas le bon. Mais ce que j'ai appris en les rencontrant c'est que quelle qu'en soit la raison, l'effet est insupportable pour eux. Bien sûr au début c'est troublant, voir choquant. Comme Jen je suis tombée de ma chaise un petit peu à chaque rencontre.

Chaque être humain a la valeur et la dignité d'un enfant de Dieu. Selon ce principe nous sommes tous égaux. Notre vie ici bas est pleine de joies et de chagrins. Mais Dieu nous a créés chacun pour accomplir une plus grande destinée. Le genre est une caractéristique éternelle.
(traduction d'un texte provenant du site officiel : http://www.mormonsandgays.org/)

Si le genre a tant d'importance, on ne peut pas nier la souffrance d'une inadéquation entre le genre que l'on pense avoir et celui que notre corps a. En cela, les transsexuels ont besoin au pire de compassion mais certainement pas de condamnation, quelle que soit la voie qu'ils veulent suivre.

Je vous ai parlé de personnes masculines à la naissance, féminine maintenant. Si vous avez une heure devant vous, voici un reportage sur ceux de l'autre bord. Je ne partage pas le message général, mais ça m'a beaucoup appris sur le sujet.

jeudi 2 mai 2013

Les mormons sont sexy (grand-mère inside)

Je continue mes interviews de mormones du quotidien. Mais avant de vous parler de ma grand-mère (qui est la prochaine femme mormone), je voudrais attirer votre attention sur une source carrément plus sexy (que mes vidéos, pas plus sexy que ma grand-mère, elle, elle est très sexy en vrai) de mormons et de mormones. L'église de Jésus Christ des saints de derniers jours ont depuis longtemps une politique qui vise à montrer que les mormons sont des gens normaux, dans ce cadre ils ont collecté des portraits de mormons qui se voulaient aussi variés que possible. Donc forcément on tombe dans l'autre extrême : Les mormons sont des gens tout sauf normaux : Ça vous sert des profils atypiques et attractifs. Du côté des hommes vous trouvez des mormons leader de The Killers, rugbyman, ou handicapé sportif extrême. Mais comme on s’intéresse aux femmes, voici une ancienne modiste disciple de mère thérésa, une journaliste TV et radio dont le mari est père au foyer, une championne du monde de surf ou encore la parfaite caricature de la bloggeuse mormone (elle est belle, a plein de gosses, fait des photos et elle tient un blog très fréquenté, ah, oui et elle est mormone, sinon ce serait pas une bloggeuse mormone).
Pour ceux qui se posent la question, ces portraits sont réels, j'en connais plusieurs parmi les francophones.

En vrai les mormons ne sont pas tous beaux, star de rock et épanouis. Maintenant que vous-vous êtes gorgés de belles images tournées par des pro de la communication, voici... Roulement de tambour... Ma mamie !

Ginette a dépassé les soixante-dix ans, convertie à la trentaine elle est aujourd'hui arrière grand mère (de mes fils, huhu) ! Pour ses cinquante ans de mariage je l'ai interviewée (pendant qu'elle faisait cuire de la sole dans sa cuisine). Et comme elle ne le dit pas dans la vidéo, je rajouterais que c'est une survivante du cancer et qu'elle a exercé une des fonctions les plus élevées dans le temple de Bern avec mon grand-père. Bref, ma mamie est awesome et en plus elle me donnait toujours des crèmes au chocolat quand je voulais pas finir mes haricots verts.



mercredi 24 avril 2013

L'episiotomie pour ceux qui veulent plein plein de sources sérieuses avec des blouses blanches et tout et tout

Aux vues de certaines réactions à l'extérieur, je vais reprendre mon article sur l'épisiotomie. J'aurais dû m'en douter, on nous a raconté tellement de bétise sur le sujet depuis tellement longtemps qu'il va falloir que je source tout ce que je dis.

I - L'épisiotomie n'a que très peu d'avantages.

1) Supposée prévention de l'incontinence


Conclusion d'une étude universitaire française : "L’épisiotomie systématique ne protège pas de l’incontinence urinaire ou anale quatre ans après le premier accouchement." 

(Source : Troubles périnéaux quatre ans après le premier accouchement : comparaison entre épisiotomie restrictive et systématique)

2) Supposée prévention des déchirures graves

Recommandation du Collège National des Gynécologues et Obtétriciens français : "Lorsque le périnée semble sur le point de se rompre au moment de l’expulsion, une pratique systématique de l’épisiotomie n’est pas nécessaire ; en effet dans cette situation, une politique restrictive de l’épisiotomie permet de multiplier par trois le taux de périnées intacts sans pour autant augmenter le risque de déchirures du troisième degré"

(Source : Recommandation pour la pratique médicale)

Donc vous avez plus de chance de ne pas déchirer sans épisiotomie, et pour les déchirure grave, ça aura lieu avec ou sans épisiotomie. Certaines études vont même plus loin, montrant une augmentation des déchirures graves avec l'épisiotomie (c'est le cas pour l'épisiotomie médiane qui est celle pratiquée en France, Source : Recommandation pour la pratique médicale)

3) Le supposé avantage de la coupe franche versus déchirure concernant les petites déchirures


Conclusion d'une étude réalisée pour l'OMS : "En comparaison avec l'épisiotomie de routine, dans le cas de l'épisiotomie sélective il y a moins de traumatismes périnéaux postérieurs (...), moins de sutures (...) et moins de complications de la cicatrisation"

(Source : episiotomy for vaginal birth)


CONCLUSION : L'épisiotomie ne prévient ni l'incontinence, ni les déchirures graves et cicatrise moins bien qu'une déchirure naturelle.

II - Les recommandations nationales et internationales ne sont pas respectées en France


L’OMS précise : "n’envisager l’épisiotomie que dans les cas de :
  • accouchement par voie basse compliqué (siège, dystocie des épaules, extraction par forceps, extraction par ventouse obstétricale)
  • cicatrices de mutilations sexuelles féminines ou de déchirures périnéales complètes voire complètes compliquées mal cicatrisées
  • souffrance fœtale."
(Source : Prise en Charge Des Complications de la Grossesse Et de L'Accouchement, publication de l'OMS)

Quant au Collège national de Gynécologie et Obstétrique français, voilà ce qu'il dit :
"Il faut instituer une politique incitative pour faire baisser progressivement le taux moyen d'épisiotomies en France en dessous de 30 %"

(Source : Recommandation pour la pratique clinique)

CONCLUSION : Aujourd'hui avec 70% d'épisiotomie chez les primipares en France, on peut se demander pourquoi les hopitaux français ne suivent ni les recommandations internationales, ni celle des instances françaises.

III - Mutilation sexuelle


1 -Similarité avec l'excision


Cette partie concerne mes observations simples. Bien sûr, j'adorerais que de vraies études soient faites. On peut retrouver des témoignages de femmes affirmant ne plus ressentir de plaisir au niveau du clitoris ou du vagin après un accouchement, voici quelques exemples trouvés sur le net :

"Récemment, j'ai remarqué que la ZONE du CLITORIS était totalement insensible, comme ANESTHESIEE ."

ou encore

"j'ai eu une épisio et les ventouses pr sortir mon ptit coeur qui était coincée ! depuis j'ai mal au clitoris"

Je remet donc rapidement les images qui m'ont fait faire un lien pas très heureux entre l'épisiotomie et le clitoris :

En jaune c'est le clitoris (oui, le clitoris a une structure interne, ce n'est pas juste le truc qui dépasse)
Source des images : http://www.christopher.compagnon.name/sexualite/sexe_femme_clitoris.html





Maintenant je vous montre une épisiotomie :


2 - Similarité avec l'infibulation


L'infibulation consiste à coudre les petites lèvres pour réduire l'orifice vaginal.

Bernard This, médecin :
" Faire une épisiotomie implique cet autre geste : recoudre.
On recoud souvent "bien serré" ("votre mari me remerciera, madame!"), ce qui s'appelait autrefois des "points de courtoisie" ou les "points du père"...
En termes appropriés, il s'agit d'infibulation. "

­

dimanche 21 avril 2013

Féminisme biblique

(...) On est toutes féministes à notre sauce, voici un genre de féminisme biblique que j'avais trouvé dans le cadre de mon appel avec les Jeunes Filles, qui est le dialogue entre un roi et sa mère :
Proverbe 31 : 10-31

Ça commence par Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles

Hors sujet : Esther, j'aime bien Esther...


On y trouve une femme qui investit financièrement (elle achète un champ et le fait fructifier)
Une femme qui n'a pas peur d'être rémunérée (elle vend l'ouvrage de ses mains)
Une femme qui est forte physiquement ("elle ceint de force ses reins et elle affermit ses bras")
Une femme qui parle et instruit les autres...
Et, je cite "Elle est revêtue de force et de gloire"

On est dans l'ancien testament, un temps de gros barbares misogynes...

Où est la femme soumise, dépendante financièrement de son mari ? Elle demande pas à son mari des sous pour acheter un champ... Elle le fait, c'est tout. Il y a une dérive culturelle qui confond "les femmes doivent élever les enfants" et "les femmes doivent être à la maison". J'ai même lu une interprétation d’évangélistes sur le passage où elle instruit pour dire "haha, vous voyez, c'est la femme qui doit instruire les enfants" alors qu'il n'y avait AUCUNE mention des enfants dans le-dit verset -_- Quand je vous parle de dérive culturelle sexiste...

On peut considérer que renoncer pendant un temps à avoir une situation professionnelle à plein temps pour élever un enfant est un moyen d'exercer une influence bénéfique sur le monde. Par contre, j'ai du mal à comprendre en quoi faire du scrapbooking/cup cake/scoubidou (choisissez votre croix) chez soit quand on est seule ou sans enfant, ou encore qu'ils ont quitté le foyer, c'est exercer la noble influence des femmes, c'est se développer spirituellement ou même s'épanouir.
J'ai du mal à comprendre en quoi c'est incompatible d'élever un enfant et de sortir de chez soi. D'ailleurs, les femmes au foyer sont une source inépuisable de main d’œuvre gratuite pour les associations, conseils de parents d'élèves et les collectivités, preuve qu'elles sont actives et que même quand elles travaillent pas, elles se débrouillent encore pour travailler quand même (les fourbes).

Ah, autre truc que j'aime dans cette description de la femme vertueuse : Pas de mention de la chasteté... Il suffit pas d'être chaste pour être vertueuse, la vraie vertu, c'est d'être une femme active, forte, intelligente, travailleuse et pleine de compassion. J'aime.
Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles.
Le coeur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut.
Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie.
Elle se procure de la laine et du lin, Et travaille d'une main joyeuse.
Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin.
Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison Et la tâche à ses servantes.
Elle pense à un champ, et elle l'acquiert; Du fruit de son travail elle plante une vigne.
Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras.
Elle sent que ce qu'elle gagne est bon; Sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit.
Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau.
Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l'indigent.
Elle ne craint pas la neige pour sa maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi.
Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre.
Son mari est considéré aux portes, Lorsqu'il siège avec les anciens du pays.
Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand.
Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l'avenir.
Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue.
Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse.
Ses fils se lèvent, et la disent heureuse; Son mari se lève, et lui donne des louanges:
Plusieurs filles ont une conduite vertueuse; Mais toi, tu les surpasses toutes.
La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l'Éternel est celle qui sera louée.
Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu'aux portes ses oeuvres la louent.

vendredi 19 avril 2013

Aujourd'hui en France, chaque jour, 1500 femmes sont mutilées sexuellement

Ce n'est pas une métaphore. Je ne parle pas de mutilation psychologique ou symbolique. Le chiffre que je vous avance, c'est à la louche, le nombre de femme qui subissent une épisiotomie tous les jours.

L'épisiotomie consiste à couper le vagin d'une femme pendant son accouchement (au ciseau).

Pourquoi l'épisiotomie est inutile et dangereuse


Si on vous a dit qu'il valait mieux couper plutôt que ça déchire, que ça préserve le périnée, ou encore que ça empêche les déchirure graves, on vous a menti. Les études ont démontré qu'au contraire, l'épisiotomie augmente le risque de déchirure grave, d'incontinence urinaire et anal et que les déchirures naturelles causent en moyenne moins de problèmes que la cicatrice d'une épisiotomie.(1)

On me dira qu'il y a des cas où c'est quand même indispensable. Les voici : Souffrance fœtale aiguë (quand chaque seconde compte, ça permet d'en gagner quelques unes) et quand la femme présente déjà une mutilation sexuelle (à ce moment l'absence d'épisiotomie entraine des déchirures graves et systématiques). Ne me dites pas que 70% des primipares françaises sont excisées ou ont un bébé en souffrance aiguë.

Le conseil national des gynécologues réclame que l'on descende en dessous de 30%, l'OMS (Organisation Mondial de la Santé) estime qu'un taux d'épisiotomie supérieur à 20% relève de la dérive culturelle et préconise un taux inférieur à 10%. En France, les femmes accouchant pour la première fois subissent une épisiotomie dans 70% des cas.

Et pour celles qui ont peur que ça déchire (entre parenthèse, on t'a coupé chérie alors dis moi où ça a été mieux, au moins la déchirure tu peux encore rêver qu'elle ait pas lieux...) :
Sachez que les petites déchirures naturelles ne sont pas graves et cicatrisent assez bien (parole de scout, j'ai déchiré avec deux points de suture pour mon premier, j'ai eu aucun souci pour m'asseoir, faire pipi, retrouver une activité sexuelle normale. Deux semaines après l'accouchement j'avais à nouveau des rapports sexuels sans que la cicatrice ne pose problème. Ma soeur jumelle, épisiotomie six mois plus tôt, deux points de sutures, six mois après elle m'en parlait encore). Il semblerait que cela s'explique par le fait que la déchirure "suit la fibre" donc perturbe moins les tissus qu'une franche coupe qui passe au travers. Bref...

Pourquoi l'épisiotomie est une mutilation sexuelle

Je ne vais pas vous raconter la vie des gens, me baser sur l'expérience de ma voisine, vous dire que si on va sur doctissimo on voit plein de témoignages, blablabla... Je vais vous montrer deux dessins et ça va être vite fait :

En jaune c'est le clitoris (oui, le clitoris a une structure interne, ce n'est pas juste le truc qui dépasse)
Source (2)







Maintenant je vous montre une épisiotomie :





C'est bon ? Vous voyez ?
Sans parler de la douleur de la cicatrisation qui a un impact sur la vie sexuelle, si vous ne le saviez pas, le plaisir féminin ressenti à l'intérieur du vagin est le fait de la stimulation des racines clitoridiennes.

Donc l'épisiotomie a des similarités avec l'excision (ablation du clitoris) puisqu'elle touche à l'organe du clitoris.


Ensuite, on recoud "bien serré, hein, votre mari me remerciera"...
L'épisiotomie a donc également des similarités avec la l'infibulation (couture des petites lèvres pour réduire l'entrée de l'orifice vaginal).

Voilà, à chaque fois qu'on fait une épisiotomie en France, un petit chaton meurt (et une femme souffre inutilement dans son intimité). Plus sérieusement, c'est beau d'aller pleurer sur les petites afghanes, ça permet d'oublier qu'en France on a les mêmes soucis.

 


(1) Étude réalisée en 2004 dont les résultats sont disponibles ici : http://afar.info/wp/docs/episio-compil1.pdf
(2) Source des images : http://www.christopher.compagnon.name/sexualite/sexe_femme_clitoris.html

mardi 9 avril 2013

Tu pues !

Bon, ma vie sociale vous dit flûte, je sais je parle plus que de mormons (ce que je côtoie le dimanche) et maintenant je vais vous parler vagin, hein, parce que je le côtoie aussi souvent (genre, je lui dit bonjour le matin).

Voici ton pire ennemi, pour savoir pourquoi, il va falloir lire mon article... (Portrait de Putrescine)


Comment introduire cet article ? Par où commencer ? Le jour où mes serviettes hygiéniques m'ont fait défaut (parce que figurez-vous qu'un des effets secondaires d'un bébé, c'est des simili-règles qui durent un mois... Youpi) j'ai rajouté ça à la liste des courses de mon cher mari avec pour seule indication "le plus absorbant, avec plein de logos de gouttes". Je me suis retrouvée avec un paquet d'always spécial nuit. Parfumé.

Alors pour les nouveaux, je suis une utilisatrice prosélyte de coupe menstruelle (Pour vous montrer à quel point, j'ai offert dans ma vie plus de coupes menstruelles que de livre de mormon). Ça fait une éternité que j'ai pas mis de serviette hygiénique et là en plus à chaque fois que je baisse mon pantalon, j'ai l'impression de rentrer chez Sephora. Non en fait, j'ai l'impression qu'on a vidé une bombe de désodorisant premier prix dans mon slip.

Et bon... Le message que m'adresse Always ne me plait pas énormément : Tu pues ! Voilà, c'est dit, pour Always, une femme qui saigne, elle a besoin qu'on lui parfume la culotte. Outre le fait que ce soit particulièrement insultant pour tous les vagins du monde, je tiens à vous signaler quelque chose, vous lecteurs : La première chose que m'a appris la coupe menstruelle, c'est que le sang menstruel ne sent pas mauvais. Ça sent le fer, c'est tout.

Ce qui sent la mort, c'est le sang en putréfaction au contact de l'air après avoir été bien dénaturé par les agents blanchissants de la serviette hygiénique. Idem pour le tampon, la faute à l'agent blanchissant. Allez, un petit topo scientifique, je vous la fait courte, parce que de toute façon, j'ai jamais aimé la chimie.

"La flore vaginale est acide pour freiner la flore intestinale du colon qui est alcaline" (1)

OK, donc le vagin, c'est acide.
Le Chlore, c'est basique... Le chlore qu'on utilise pour blanchir les serviettes hygiéniques.

"Les amines aromatiques citées plus haut sont d'autant plus volatiles (et sentent donc d'autant plus mauvais) que le pH vaginal augmente." (2)

 Les amines aromatiques citées plus haut, c'est quoi ? C'est la putrescine et la cadavérine. Je vous fait un dessin sur ce que sentent la putrescine et la cadavérine ? Alors Always, avant de me dire que je pue la mort, arrête de me vendre du rêve d'hygiène 100% blanc. Parce que le premier responsable de cette odeur de cadavre, c'est toi...

J'en profite pour lancer ce message d'amour à tous les vagins de la terre : Vous ne sentez pas mauvais, vous n'avez pas besoin d'être lavé cinquante fois par jour, d'être épilé ou rasé ou parfumé pour être propre. Super, maintenant je parle aux vagins. Il faut que je retrouve une vie sociale. Vite.



1) http://www.webagoo.eu/bibliotheques/41863/documents/Telechargement/Dossier_public/eau_et_qualite/Fiction_demystification_et_verite_sur_lEAB.pdf

(2)http://www.performances-medicales.com/gyneco/Encours/147/07.pdf

dimanche 7 avril 2013

Tailleur jaune et aspirateur

J'étais pas très inspirée pour le titre. Si quelqu'un voit de qui je parle en ce week-end de conférence... Je parle de présidente Dalton, la présidente générale des Jeunes Filles (article mormon...). Techniquement, je bossais sous ses ordres. Je me sentais très peu d'affinités avec elle.

Soeur Dalton, pour moi, c'est cette femme qui ressemble à Barbie quand elle sera vieille. Elle est blonde, toujours souriante, elle est très très cheesy et ses photos sont outrageusement retouchées. Et pour ça, je ne l'aimais pas beaucoup, parce qu'elle avait un discours très "les jeunes filles doivent être douces et féminines et le rose c'est joli". Ça agaçait mon féminisme. Et je sais, je commence pas cet article avec un bon esprit.

Et puis elle a donné son dernier discours. Je ne savais pas que ce serait le dernier et qu'elle serait relevée. En fait, qu'importe. Je me demandais ce qu'elle allait raconter, elle a parlé d'aspirateur et aussi de mère sacrificielle, tout ce qui aurait dû profondément m'exaspérer. Pourtant, au fond de moi j'ai été touchée. C'est un des discours où l'Esprit était là pour moi pendant cette conférence générale. Et dans son discours j'ai vu en quoi une vieille Barbie pouvait être féministe à sa façon.

Nourrir, Instruire, Secourir

Trois tâches traditionnellement dévolues aux femmes. Et bien que ces tâches soient complètement dévalorisées par le monde et n'apporte aucun laurier, ce sont de nobles tâches.  

Et je me suis demandée quel était le combat le plus féministe : Permettre aux femmes d'accéder à d'autres tâches, ou revaloriser ce qui est dénigré seulement parce que c'est réalisé en majorité par des femmes ?

et je n'ai pas su trancher.

et encore l'histoire de l'aspirateur, ou comment présidente Dalton a passé l'aspirateur sur la moquette du centre de conférence quand il était en construction et comment son mari l'a appelé avant de poser le dernier morceau de moquette pour lui demander quelle écriture il pourrait inscrire sous la dite moquette (et où on apprend que les poseurs de moquette mormons ont des idées rigolotes)... Et comment des années plus tard, elle se trouvait sur cette moquette, à s'adresser à des milliers de personnes.

Et je me suis demandée quel était le combat le plus féministe : Permettre à plus de femmes d'occuper les postes influents, ou reconnaitre que c'était la même femme qui un jour faisait office de femme de ménage et l'autre avait l'attention de milliers ?

et je n'ai pas su trancher.

Après tout, qui j'étais pour juger sa peur de vieillir moi qui n'ai que vingt-cinq ans, son amour du rose (et des tailleurs jaunes) et ses goûts romantiques ? J'ai reconnu le jour où elle a été relevée de son appel, la femme de Dieu qu'elle était, le rôle sacré qui lui avait été confié par révélation et le fait que les femmes avaient aussi besoin de ce type de leader. Je me suis dit que c'était dommage d'avoir mis tout ce temps à le comprendre et je me suis pas sentie super bien.

Et c'est affreux... Je viens de me rendre compte que la prochaine présidence est composée de femmes ayant fait des études littéraires, eu entre sept et onze enfants... Et elle sont toutes blondes aussi. Tiens, quand j'y pense, ma mère aussi est blonde, a fait des études littéraires et a eu sept enfants. Et pour achever de me sentir super bien, je me rend compte que ma vie sociale est tellement nulle que je parle plus que de mormoneries dans ce blog...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...