mardi 22 mai 2012

Sondage sur l'éducation sexuelle chez les mormons

Je fais un sondage sur l'éducation sexuelle chez les mormons qui ont été ou sont mariés. Bien sûr c'est anonyme (ne m'imaginez pas en train de parcourir les résultats en me disant "alors, sœur bidule, ça en est où dans sa vie sexuelle ? Je pourrai pas le faire...)

Bref, si vous êtes mormon, faites passer. Si vous êtes mormon et marié, remplissez. Je vise les 150 questionnaires (oui, j'y crois), ça fera un super article.


La photo de bouffe pour les nuls

Il y a sur internet beaucoup de bloggeuses très talentueuses qui exposent leurs recettes sur la toile. Certaines deviendront connues, d'autre non, restant dans la sphère des amies réelles ou virtuelles. Sans que cela soit décisif, j'ai cru remarquer que la qualité des photographies jouaient un grand rôle. Alors je ne suis absolument pas une bloggeuse cuisinière, notez que j'aimerais bien et que j'y travaille, mais la route est longue, les dernières crêpes que j'ai tentées se sont finies en pancakes  après avoir rajouté cinq fois de la farine, du lait et des œufs, cherché la bonne température pendant une demie heure et raté au moins les vingt premières crêpes. Bref, je suis pas cuisinière, mais je fais un peu de photo. Je dois avoir quatre photos de nourriture à mon actif. Voilà mes œuvres. Elles sont pas transcendantes (surtout pour les trucs que j'ai fait moi même, allez, devinez ce qui sort de ma cuisine), mais potables.








Alors voici mes conseils pour devenir un photographe de bouffe potable avec un petit appareil standart et un ordinateur, même vieillissant.

Il y a trois grandes règles auxquelles on ne peut pas couper :

I) La composition (entendre la place des choses sur la photo)

II) La lumière

III) Le traitement des couleurs (et oui, vous ne le saviez pas, mais TOUS les photographes retouchent les couleurs de leur photo)

Alors c'est partie pour la composition.

I) Composition

Le photographe de cuisine classique fait souvent une grande erreur : Il centre son magnifique gateau/assiette de ragout/tomate farcie et souvent même, il le place sur sa table de cuisine, se met debout devant et click ! On voit la nourriture de haut. Jamais, jamais, jamais ! Je vais vous donner trois possibilités de compositions qui me semblent les plus classiques en PDB (Photo De Bouffe)

1) La règle du tiers.


(Cette photo n'est pas de moi !)

On coupe son écran en neuf. Si vous retrouvez votre manuel, il est possible que vous trouviez un moyen d'afficher ces lignes sur votre écran directement. Sinon, vous pouvez toujours le faire grosso-modo.

Vous avez le choix : Soit vous centrez votre sujet sur une des lignes, soit vous le mettez intégralement dans un tiers ou deux de la photo, soit encore, vous prenez un point important (une cerise, une feuille) et vous le placez sur une des intersection. Ici le verre est plus ou moins centré sur la ligne de droite, et la table rempli le tiers du bas.

2) La symétrie.

Là vous jouez sur une symétrie que vous pouvez créer. Comme pour moi avec les verrines des côtés. Ou vous placez quatre portions en un carré parfait, etc.

3) La plongée

Là il faut organiser votre nourriture avec des accessoires (serviette, couverts, petits sujets en plastique, fleur, etc. à vous de trouver), que vous disposez comme si c'était un tableau. Et attention, il ne s'agit pas de le prendre debout, vous devez être à la VERTICALE !

Globalement on évitera toujours de prendre sa photo avec le même angle de vu que celui où vous le verriez en le mangeant, debout ou assis. Soit vous vous mettez au niveau de la nourriture, en vous baissant au niveau de la table, soit au dessus à la verticale.

4 )La macro

Dernière option très prisée qui peut être utilisée avec une des trois dernières règle. La macro fait de merveilleuses PDB. Il y a certainement un bouton sur votre appareil photo, souvent représentant une fleur. Il s'agit du mode de photo très très près, il est présent maintenant sur la majorité des appareils. Alors entrainez-vous, ça fait un super effet : le fond est flou ! Et plus le fond est loin de ce que vous photographiez, plus il sera flou.


II) La lumière

Flash interdit, forbotten je vous dis ! Jamais, jamais, jamais. Certains photographes préconisent de prendre la photo dehors. C'est une option à considérer sérieusement, ou au moins rapprochez-vous d'une fenêtre. Si c'est la nuit, que vous y pouvez rien, que non désolé, vous ne cuisinez pas généralement en plein après-midi, mais plutôt le soir pour nourrir la famille... Bref, si dehors c'est mort, vous pouvez toujours tenter les lampes de chevet, mais le résultat sera pas super. Mais je le répète : PAS DE FLASH.

III) La retouche de photo

Commencez par télécharger le merveilleux GIMP et installez-le (équivalent de Photoshop en GRATUIT, moi j'aime)
Ensuite ouvrez votre photo.

Première et dernière étape : Cramer la photo.
Couleurs > Niveaux



Il y a trois curseurs sous la courbe, un à gauche, un au milieu, un à droite. Prenez celui de la gauche et ramenez-le un peu vers le centre. Un indice quand on sait pas trop encore doser c'est de le placer entre l'entrée de la courbe et la première bosse (ce qui est fait sur la photo). Attention à cet effet, il est extrêmement addictif...

Ensuite, prenez le curseur tout à droite et rapprochez du centre, une limite souvent acceptable c'est de mettre le curseur juste en dessous du début de la courbe à droite. Cette partie est facultative si vous avez une photo assez claire.

Voilà, enregistrez votre photo sous le format que vous voulez (JPG, PNG, etc.) si possible sous un autre nom que celui qu'elle porte déjà sinon vous perdrez la photo originale.

Jugez un peu le avant/après. C'est déjà mieux, non ? (la qualité pourrie est due au gif animé, hein, mais sur les couleurs c'est probant)




Voilà, c'était la base des PDB...

mardi 15 mai 2012

Je suis pauvre... mais je suis riche


Il y a un principe que j'ai entendu dans j'étais ado et qu'on m'a enseigné dans ma religion : Mettre de l'argent de côté et dépenser selon ses moyens, éviter les dettes. Deux exceptions faites : maison et voiture. Curieux principe n'est ce pas ? Pourquoi une religion enseignerait à ses membres de quelle manière elle devait gérer son argent ?

Je vous le dit tout de suite, les mormons gèrent leur argent comme ils l'entendent, j'en connais des surendettés, des millionnaires, des miséreux, des normaux. Mais j'ai rencontré pas mal de petites fourmis.

On parle pas d'argent en France. Jamais. C'est vulgaire. Je vais vous parler d'argent, parce que ça me fatigue d'entendre des gens dire qu'ils sont pauvres, et que Hollande va les aider.

Je vais éviter les détails, simplement aller au résultat. Au début de notre mariage, toutes aides comprises, et job d'été, on vivait avec 600 euros par mois pour deux personnes. Ensuite ça a varié après la naissance de notre fils. Au mieux avec 1200 euros pour trois personnes (miracle des bourses), au pire 400 euros par mois pour trois personnes (et cela pendant sept mois d'affilé). Je rappelle le seuil de pauvreté : 700 euros par mois et par personnes. Là on était à 133 euros par personnes. Heureusement qu'avant, même en étant toujours en dessous de ce fameux seuil, on économisait comme des écureuils.

Voilà, donc j'ai le droit de dire : Je suis pauvre. Et Hollande ne m'aidera pas, parce que j'ai pas besoin de lui.

Maintenant mon mari gagne 1600 euros net, toujours 150 euros de l'état pour notre petit garçon, j'ai pas l'impression d'être plus riche qu'à l'époque joyeuse des débuts de notre parentalités puisqu'on a troqué notre trois pièce Nantais pour un deux pièce Vitrollais bien plus chère et pas plus beau.

Alors je vous fait le budget :

Nourriture : 30 euros par semaine
Couche : 7 euros par semaine
Loyer : 750 euros par mois (je vais pas pleurer, les parisiens me tueraient)
Essence : 50 euros par mois
Extra : 20 euros par mois
Dîme : 160 euros par mois
Eau/Électricité : 50 euros par mois
Téléphone/internet : 35 euros par mois
Téléphones portables : 4 euros par mois (avant on avait pas de forfait et on s'en passait très bien)
Aide pour ma sœur qui est étudiante : 200 euros

Dépense : 1400 euros par mois
Reste : 300 euros

Combien d'entre vous ont encore 300 euros à la fin du mois sur le compte ? Oui, je sais, je suis méchante, mais ça m’énerve d'entendre des français dire qu'ils sont pauvres. Je crois que mon voyage en Russie m'a encore plus ouvert les yeux sur le mensonge du "français pauvre". On n'est pas pauvre, on est très très riche.

(le mois dernier, super coup de folie : J'ai pris l'avion avec mon fils pour aller au baptême d'une amie. Donc 200 euros en moins pour le voyage)
Merci à Emmaüs qui nous a entièrement meublé pour 500 euros
Merci à mes beau-parents pour l'aide du déménagement, qui payent l'assurance et nous prêtent la voiture.
Merci à tous ceux qui nous ont donné des vêtements de bébé, des meubles à Nantes. Il y a même eu des gens qui nous ont donné des pommes et du lait tellement on devait leur faire pitié. Ça m'a fait tout bizarre parce que je ne me sentais pas pauvre du tout.
J'ai pas de smart-phone, j'ai pas de super fringues, j'ai pas une super coupe de cheveux et une super couleur, un super PC, des super jouets tous neufs pour mon fils qui clignotent et font de la musique, j'ai pas une jolie maison toute décorée, je mange de la viande qu'une fois par semaine*, pendant trois ans j'ai été sans voiture. Et je suis riche.

On consomme trop, trop de nouveauté, trop de viande, trop de bouffe surtransformée, on habite loin de nos lieux de travail, on dédaigne les transports en commun. Je ne parle même pas de l'aspect financier.

Saviez-vous que manger de la viande comme un français moyen vous fait autant produire de CO2 qu'un possesseur de 4x4 ? Que vos fringues achetés tous les ans au H&M du coin, non content d'être fabriqués au Bangladesh, avec du coton OGM qui a ruiné des agriculteurs indiens, finira dans une décharge à ciel ouvert dans moins de deux ans? Qu'on n'aura plus d'uranium bien avant de ne plus avoir de pétrole alors que l'immense majorité de notre électricité est produite par le nucléaire en France ? Savez-vous que nos déchets finissent au mieux brulés dans des incinérateurs, au pire enterrés sous des collines.

La solidarité elle vient déjà massivement de l'état, mais elle devrait plus venir des amis et de la famille. J'ai été tellement heureuse de donner un meuble à une amie qui est comme moi (étudiante, mari étudiant et petit garçon), et lui dire "ça vient de telle famille qui nous l'avait offert à la naissance du notre".

Bref, je n'attend rien d'Hollande. Rien du tout. Et ceux qui disent que le gouvernement les aidera à vivre mieux ne seront jamais rassasiés. Nous sommes un peuple riche, prospère et envieux. Voilà le message que je voulais donner à ceux qui craignent pour la crise. Voilà la réponse à Benjamin, qui me demandait éberlué après avoir vu un reportage sur les mormons "Quoi ? Mais tu payes la dîme ! Mais comment tu fais ?" En écrivant cet article je me suis rendu compte qu'il nous restait tellement d'argent à la fin du mois qu'on allait certainement pouvoir payer mon permis cash si on attendait un peu. Je crois qu'on va fêter ça au cinéma.

Et comme on dit il y a des gens qui sont tellement pauvres, qu'ils n'ont que de l'argent...

Et pour ceux que ça intéresse, un article sur la façon dont l'Utah, état quasi-mormon des USA, montre actuellement un taux de croissance de 3,5%, étant ainsi le deuxième état du pays en terme de croissance économique, avec des gens qui ne fument pas, ne boivent pas, donc ne consommant pas assez aux yeux des économistes.


*et au passage pour ceux qui traitent les végétariens de cinglés, malgré une fausse couche qui s'est fini aux urgences pour hémorragie massive les analyses ont montré que je n'avais même pas besoin de transfusion. Le personnel soignant était agréablement surpris. Mais bon, la viande c'est à cause de nos cours de développement durable avec mon mari. La majorité des mormons mangent beaucoup de viande, comme tout le monde.

mardi 8 mai 2012

5) Je prend mes repas en famille

Ceci est le cinquième article de ma série "Zermati"

Pour les célibataires endurci, ça va vous faire une belle jambe, mais pour tous les autres... Alors pourquoi je prends mes repas en famille. Ici, point de science, juste de la logique.

Quand j'étais adolescente, nous avons reçue une jeune fille au pair américaine. Après trois jours chez nous elle a demandé discrètement :
-Mais vous faites toujours ça ?
-Toujours ça quoi ?
-Ben, faire un grand repas de fête, avec tout le monde, la table mise, etc.

On mangeait plutôt des pâtes et du jambon, alors ça nous a étonné. Mais elle a continué, expliquant que chez elle, chacun mangeait quand il voulait et qu'il pouvait se préparer quelque chose avec ce qu'il y avait dans le frigo. Devant nos mines atterrées, elle a rajouté que sa mère était une très bonne cuisinière et que le dimanche ils mangeaient tous en famille, et qu'à cette occasion, la matriarche faisait leur plat préféré : des sandwich. Sans vouloir généraliser, je me suis demandée si nos amis américains avaient tous ce mode de vie. Et apparemment, c'est pas très loin.
Alors pourquoi notre bon vieux repas tous autour de la table vaut mieux qu'un plat fait quand on veut avec ce qui nous tombe sous la main ? Outre le fait que ça permet de renforcer les liens familiaux, manger en famille permet d'arrêter de se concentrer sur les quantités, les calories, etc. On se concentre sur le plaisir qu'on a à manger ensemble. Et redonner à la nourriture son rôle de vecteur de plaisir, c'est peut-être permettre au corps de fonctionner normalement et réguler lui même par le plaisir, la quantité de ce dont il a besoin. Et puis un repas pris en famille a plus de chance d'être équilibré qu'un piochage dans le frigo.

En définitive : Plus de liens humains, plus de plaisir, moins de prise de tête. Et on éteint la télé, sinon ça ne marche pas.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...