jeudi 28 juillet 2011

La sexualité féminine et masculine est différente. Partie 2. Tiré de "and they were not ashamed"

Je continue mon résumé de "and they were not ashamed" dont les précédents articles sont rassemblés dans la partie "Ici, le projet en cours"



On me signale dans l'oreillette que "les hommes viennent de mars et les femmes de vénus" traite également de certains points de ce chapitre (Merci Lady in red). Mais c'est pas grave, je continue. Nous avions commencé à voir que l'homme et la femme bien que s'accouplant ensembles, n'ont pas les mêmes besoins, les mêmes réactions en matière de sexe. Nous alors donc voir les neuf derniers points des dix huit évoqué par Laura Brotherson. Je vous préviens de suite, certain points ne seront pas développés pour la bonne et simple raison que n'ayant plus le bouquin sous la main comme je vous le disais, je ne me souviens plus de tout.


Excité rapidement / Excitée lentement

 Si je devais résumer en une phrase ce concept, ce serait : mari, prenez votre temps. On nous en parle des préliminaires depuis notre plus tendre adolescence. C'est le grand secret sexuel qu'on apprend en ricanant bêtement. Et pourtant certains s'étonnent encore que ça prenne du temps. ça peut paraitre débile, mais un rapport sexuel pris sur le pouce, c'est rarement le meilleurs souvenir qui restera gravé dans notre mémoire. Laura Brotherson parle des "quicky", ces relations rapides pas franchement travaillées. Si ça ne devient pas une généralité, si les deux partenaires sont d'accord, les quicky ne sont pas "interdits", mais le reste du temps, consacrons à notre intimité le temps qu'il faut. Parce qu'en plus de demander d'être proche dans la vie de tous les jours, et d'être préparé mentalement à l'érotisme, une femme a également besoin de temps physiquement pour décoller. Pas des heures. Mais pas 10 secondes non plus.


Plaisir comme une délivrance/ Plaisir comme une accumulation

Je ne saurais quoi ajouter pour cette opposition. Je n'ai aucun souvenir de ce chapitre. Je dirais donc seulement : "Je suis d'accord". Hum.


Désir sexuel constant/ désir sexuel variable

Monsieur en aurait envie le matin, le soir, le week end, la semaine, en hiver et en été. Nous en discutions avec mon époux. Le désir des hommes c'est un peu comme la faim : Ils n'ont pas faim seulement toutes les quatre heures. Si ils sautent un repas, ils n'auront pas faim seulement à l'heure du prochain. Mais ils auront faim jusqu'à être rassasié, puis plus faim jusqu'au prochain repas... Dans quatre heure. Dans la réalité mon homme aurait plutôt "faim" toutes les vingt-quatre heures. Mais pour me rassurer il m'avait dit "mais au bout d'un moment, à force de plus manger on a plus tellement faim, demande à ceux qui font le ramadan, le plus dure c'est les premiers jours".
Comprendre cela pour une femme, permet d'avoir de l'empathie pour son mari.
De l'autre coté, le mari doit aussi comprendre que sa femme est différente de lui : elle n'en a pas tout le temps envie, pas avec la même intensité. Sachez entre autre que lors de dépression, avec certains traitements hormonaux ou médicamenteux, votre épouse peut avoir une libido inexistante. La grossesse, l'accouchement, des rapports conflictuels au travail peut aussi baisser cette libido.
Comprendre cela pour un mari, permet également d'avoir de l'empathie pour son épouse.
Donc conclusion : époux si votre femme est dans un "creux", il vous faudra déployer plus d'énergie, ou la laisser tranquille, épouse si vous êtes dans un gros creux, acceptez de vous préoccuper de ce problème et d'essayer de le résoudre avec votre époux, cela n'est pas sans conséquence sur le moral de celui-ci. Connaitre cette différence c'est aussi pouvoir en parler à deux quand vous êtes aux antipodes du désir. 


Un orgasme/plusieurs orgasmes

ça aussi c'est un secret de polichinelle, si on lit la presse féminine ou les info yahoo! (mieux que closer, lisez Yahoo!) on a déjà entendu parlé de ce fameux "orgasme multiple féminin", bon avant de parler d'en avoir plusieurs, parlons d'en avoir tout court. J'ai trouvé cette information assez useless du coup quand j'ai lu ce chapitre. Mais je prends note.


Pénis comme centre de la sexualité/ Clitoris comme centre de la sexualité

Nous en avions déjà longuement parlé. Un article qui ne cite absolument pas ses sources, ce qui est dommage, mais qui est le premier qu'on trouve en googlant "clitoridienne". On notera aussi la campagne d'oser le féminisme, "Osez le clito" qui rappel que le clitoris est le grand oublié de l'éducation sexuel. Par exemple dans l'ouvrage de titeuf "le zizi sexuel" qui se veut une livre d'éducation sexuel à la porté des ado, le clitoris n'est même pas évoqué.


Pic hormonal le matin/ pic hormonal le soir

 Je ne me souviens de rien pour ce chapitre.


Le rapport sexuel finit par l'orgasme/ le rapport sexuel finit pas la rémanence

La rémanence, ou le fait que l'orgasme laisse place à un délassement complet, est un état qui marque la fin du rapport sexuel pour la femme. C'est un état qui dure un petit moment. En fait, pour l'homme et pour la femme, l'orgasme donne lieu à la libération massive d'hormone. Pour la femme ce sera ocytocine (même hormone qui déclenche les contractions du travail lors de l'accouchement) qui est l'hormone de l'attachement (qui permet de s'attacher à son enfant notamment). Pour l'homme ce sera l'endorphine ce qui aura pour effet de l'endormir.
Donc premier constat : mathématiquement pour qu'il y ait orgasme des deux partie il faut soit qu'il y ait orgasme simultané (dans vos rêve, probabilité 0,00000001%), soit que l'orgasme féminin précède l'orgasme masculin. Dans ce sens c'est même plutôt bénéfique pour l'homme puisque la femme éprouve un fort attachement pour son partenaire.


A besoin de canaliser l'énergie sexuelle/ A besoin de réveiller et libérer l'energie sexuelle

L'homme doit se maitriser pour que le rapport aboutisse à quelque chose de satisfaisant pour les deux partenaires, la femme doit se laisser aller. Et dans ce domaine, les femmes ont parfois plus de difficultés à se laisser aller, que les hommes à maintenir leur énergie en bride. C'est pourquoi, personnellement, j'ai apprécié que ce soit moi qui lise ce livre et qui le partage avec Raymond, que l'inverse. je crois qu'il aurait pu faire tout ce qui était dedans, sans que je ne me laisse aller et que cela ait le moindre impacte.



Satisfaction sexuelle simple/ satisfaction sexuelle complexe

Chapitre qui évoque la complexité de la femme qui demande de l'attention, de l'affection, du temps, la stimulation de diverses zones érogène, stimulation qui elle même demandera du temps et de l'entrainement (!) pour que cela procure le résultat escompté. Bref la femme est un être compliqué, mais ça, on le savait déjà.

lundi 25 juillet 2011

apprendre à lire quand on a 23 ans

Le russe ça s'écrit avec un autre alphabet. Il y a le R à l'envers я (qui au passage ne se prononce pas [r], mais [ïa], donc pour tous ceux qui ont un tee shirt avec le mot яussie, ça veut rien dire, enfin si "iassie"). Mais il y a aussi tout un tas de petits copains bien sympa qui ressemblent souvent furieusement à l'alphabet de chez nous. Mais non malheureuse, c'est pas pareil! Le H par exemple qui ressemble quand même à notre H (oui c'est pareil), ben c'est N en fait ! et le U manuscrit, ben c'est un I. Je m'arrête là, il y en a encore pas mal. Mais on compte un paquet de lettre qui ressemble à une de nos lettre en majuscule, à une autre en minuscule et qui se prononce comme une autre encore. Je vais devenir folle, me dis je à mes débuts. Mais non, ça a fini par rentrer.
J'étais donc appliquée à pratiquer mon cyrilique en lisant les bons de commande. Et dans la case "destination" je voyais plein de "cша"
Je m'applique et le prononce donc comme il faut (scha). Tiens ça doit être une grande ville pas trop loin de StPetersbourg ce scha... D'autant que j'avais vu ça aussi sur les photos des missionnaires qui indiquaient tous un nom et une ville. Donc ça doit vraiment pas être loin pour que 10 de nos missionnaires y soient affectés. Je prends ma carte et je cherche... Pas de Scha. Misère. Après un mois, oubliant cette veine recherche, j'ai apris que США ça voulais dire USA, oui, les états unis d'amérique, ou Соединенные Штаты Америки en russe. Donc en fait on a une dizaine de petits américains (normal) et les pneus partent chez les amerloques. Pas tout près donc.

samedi 23 juillet 2011

projet 52 - Thème : Architecture

Je vous accorde que je ne suis plus très régulière. Aujourd'hui donc je vous livre ma participation à "architecture". Pas de post production, je suis juste fainéante, et puis je commence à trouver mes retouches grossières. Je crame mes photos, elles sont moches. Et puis zut. Donc pas de retouche, c'est tout, na !

Donc voilà ma participation :

Pour le reste, c'est des clichés non retenus qui sentent bon le Piter que vous ne connaissez pas. Voici donc un marché.

L'endroit le plus louche que j'ai vu ici. On y vend de la même manière des rivières de diamant 100% toc, des contre façon, et du shit déjà conditionné dans des petits sachets individuels étalés sur des étales miteux (pour le shit j'ai vu six vendeuses, assises comme n'importe quelle vendeur devant leur marchandise.) Le vendeur classique est caucasien ou asiatique. En tout cas il est beaucoup plus commerçant que son collègue plus classique russe. D'accord il vend de la mouise 100% polyester, mais il te la vend bien, il te sourit, te fait des compliments sur toi, la marchandise, te fait une super réduc, bon sur un article dont le prix n'était pas indiqué, d'accord... ça c'est de la réduc pas suspecte, genre en fait il a doublé le prix... Mais bon, c'était pas cher quand même et j'étais ravie d'avoir à faire à quelqu'un qui savait ce que voulait dire le mot "commerce". Parce que le vendeur de base ici, le russe, bien blanc et bien de chez nous (enfin façon de parler), c'est limite si il t'insulte pas quand tu viens régler un achat. Ben oui, t'es dans mon magasin, c'est que tu as besoin d'acheter un truc chez moi. Pourquoi je te sourirais, ce serait hypocrite, je te connais même pas, et puis je vois pas ce que ça changerait à la transaction (explication de l'impolitesse et de la froideur des commerçant par un russe. Véridique)
Et voilà un troisième cliché, de visages sculpté dans un mur. Jolie, mais pas assez "architectural" pour le thème


vendredi 22 juillet 2011

Requête Google

J'ai accès aux mots clés qui ont été tapés dans Google et qui ont menés à mon blog. Alors à l'attention de la vingtaine de "sorcière du logis" "sorcieredulogis" et "sokjehcidulogi" (celui qui sait pas ecrire, ou qui doit partager son clavier avec un chat maniaque) par semaine, je tiens à rapeller que chaque recherche google, nécessite l'équivalent de l'énergie fournie pour faire bouillir un litre d'eau dans une bouilloire. ça c'était l'information Green IT du jour (Green IT =  le domaine des gens qui se sont dit "tiens, mais internet, les PC (et les macs), ça consomme de l'electricité ! même un paquet).

Alors y a les mots clés qui font sourire, d'autre qui font pleurer, d'autres qui sont carrément hors sujet et d'autre qui vont engendrer des gros déçus.

Exemple ?

Qui le fait rire : "mon mari lap dance"

huhu. Vous avez une vie sexuelle bien marrante vous. Et un mari assez conciliant.

Qui me fait pleurer: "J'ai laissé ma fille toucher mon sexe"

il y a une vraie personne derrière, un vrai père et une vraie fille. Je sais pas ce qui m'a le plus fait mal : cette fille qui va pas avoir une enfance facile, ou ce père qui plein de culpabilité se demande si il est taré, si il est seul, et qui tape dans google la phrase qu'il a en tête. Et l'idée que je sais sans rien pouvoir faire.


Hors sujet : "Commode 18 cm bleu laquée"

Tout à fait mon blog ça

Celui qui va être déçu par le contenue de mon blog : "critique femme mormons"

Ou le type qui veut voir un bon témoignage sur les conditions scandaleuses de vie des femmes soumises mormones et qui va tomber sur l'apologie de la parité pendant les réunion de sainte cène. Pas sur qu'il va lire en entier

lundi 18 juillet 2011

sortie entre mecs ou les russes et la fidélité

Un ami russe me disait "tu es folle de laisser ton mari seul en Russie, il ne sera entouré que de jolies filles". Après m'etre rendue compte que mon mari serait effectivement entouré de canon russe, j'ai compris pourquoi dans la bouche d'un homme russe, cela constituait une véritable menace. Ma cocotte, si ton mari est seul dans une pièce avec de la bombe labellisée "élevée en plein air", tu n'as aucune chance. Pour un russe c'est une évidence, une fatalité, le tragique destin de toute épouse soumise au marché de la concurrence.
Je faisais donc mes premiers pas dans ce pays peuplé de jeunes Barbies aussi belles qu'intelligentes (souvent, souvent), et comprenais peu à peu la faiblesse avouée, assumée et pardonnée de leurs compatriotes.

Dans un premier temps, je découvris par la bouche de mon mari, que dans une leçon le dimanche à l'église sur l'honnêteté, un homme avait déclaré que non on ne peut pas tout dire. Sa femme par exemple ne comprendrait jamais qu'il aime deux femmes en même temps. Soyons honnêtes, mais soyons aussi gentils avec nos épouses.
Dit comme ça, cela paraissait d'une telle évidence pour lui, que l'idée même qu'aimer une autre femme était déjà faire preuve de malhonnêteté envers les alliances de son mariage, ne lui avait pas effleuré l'esprit.

Quelques temps plus tard, alors que je regardais avec pitié les couples russes, le destin me rappela que désormais mon couple était lui aussi en Russie. Mon mari avait organisé une sortie "jeux de société" dans une boutique spécialisée. Nous devions y aller à quatre, lui, moi, un collègue français et un collègue russe. Étant arrivée plus tôt j'avais cuisiné pour notre petit groupe, mais ne me sentant pas d'humeur à jouer aux petits chevaux en russe (youpie!), je leur avait dit d'y aller sans moi. Le destin (toujours cet *%!@ de destin russe) leur fit rencontrer une porte close. Ils s'étaient trompés de date, point de monopoly party ce soir. Et voilà notre jeune ami russe qui leur propose d'aller finalement dans un bar qu'il connait bien et qui sert d'excellents cocktails. Le Takao, petit bar moche de la rue Nevsky que j'avais bien repéré, est une boîte de lap dance les amis. Parfaitement. Donc après m'avoir fait la conversation autour d'un repas que j'avais préparé pour eux, il amène mon mari dans une boîte de lap dance. Logique.

Mon époux s'est enquit de l'heure à laquelle les premières filles en soustifs commenceraient à se trémousser, a fini son verre (délicieux, un bon point quand même pour le Takao) et leur souhaita une bonne soirée. Le coté positif de cette histoire, c'est que le seul de ces trois messieurs qui a vraiment pris son pied ce soir là, c'est celui qui est partie avant le début du programme. Parce qu'il a été très séduisant en racontant, ingénu qu'il était, son histoire à son épouse (moi). Très, très séduisant.

Voilà, ici en Russie les femmes sont belles, les hommes sont lâches et les sorcières du logis n'en finissent pas de débiter des généralités racistes sur leur blog. Alors pour me racheter, je conclurais en vous disant que tous les hommes ne sont pas ainsi. Dmitry (ou Ivan le terrible, collègue ingénieur), montra outré son alliance quand Anton (encore lui !) proposa en rigolant de mettre un poster de femme nue dans notre open space. "Je suis mariée moi monsieur" déclara-t-il.
Peu de temps après, à ma question "ta femme est-elle la plus belle du monde ?"
Anton répondait :
"d'abord nous ne sommes pas mariés, ensuite je sais bien qu'elle est très quelconque"
et Dmitry :
"Oui bien sur, mais je n'ai que peu de mérite à le dire, regarde !" (en me tendant son portable contenant un cliché de sa femme)

(inutile de préciser que tous les deux étaient avec une ravissante compagne, typiquement canon à la manière des russes)

Je conclus en répondant à Anton
"Tu n'as pas de chance, Dmitry lui est avec la plus belle femme du monde, et pas toi"

Voilà, ici il y a des hommes comme Anton, et des hommes comme Dmitry.

samedi 16 juillet 2011

Allaitement et autre nichonerie

Seth bénéficie de ce qu'on appelle un "allaitement long". J'avoue que je ne me posais même pas la question. Mais me voilà dans une case que j'avais regardé longtemps avec suspicion, à savoir cette catégorie de folles dingues qui allaitent des enfants qui ne sont plus des bébés. Bref, si je vous en parle c'est parce qu'en regardant ma participation au concours Mamanana je me suis rendu compte que l'allaitement n'était pas vraiment un truc magique pour moi, un moment complice avec mon bébé. Juste un truc normal. Je le nourrie au sein comme je lui prépare ses pattes au jambon, ou comme je lui fait croquer dans ma part de gâteau au goûter. Parfois c'est purement quotidien, parfois c'est marrant et attendrissant. C'est un truc de maman. Ni plus, ni moins.

Bref, une photo de moi, monsieur mari, Seth qui tête et mon sein gauche. Si vous saviez comme j'étais contente qu'on voit ce sein. Je n'allaite pas avec mon nombril, mais avec mes seins. Et mon fils à horreur que je lui mette la tête sous le tee shirt quand il a soif, ou que je lui colle une écharpe sur le nez pour qu'on n'aperçoive pas mon sein. Bref, si dans la vie courante les produits de mamanana me font rêver, dans le monde magique des leprechauns, l'allaitement, je ne le cache pas.


On retrouvait un billet sur le thème de l'allaitement en publique dans ce blog canadien
Je trouve qu'il est déplorable de cacher l'allaitement : cela rendrait bien des services aux futures mère à qui on dit qu'allaiter c'est bien, mais qui n'ont jamais vu personne le faire. Je remercie donc ma mère qui bien que pudique, m'a permis de former dans mon inconscient l'idée qu'allaiter était normal.
Il me semble que dans cette société où les filles en soutient gorge des pubs de lingerie, et les filles nues des pubs de parfum (ou de yahourt, ou de voiture, ou de...) côtoient la pornographie généralisée, l'allaitement qui est une dé-sexualisation de la poitrine ne devrait choquer personne.

Rassurez vous, mes seins redeviennent sexy de 20h30 à 6h00... Mais il me semble que même quand je n'étais pas une vache laitière, ils restaient sagement à l'abri de tout regard concupiscent la plupart du temps.

vendredi 15 juillet 2011

La sexualité féminine et masculine est différente. Tiré de "and they were not ashamed"

[Houra, j'ai accès à la table des matières en ligne. ça va un peu m'aider]



Nous somme actuellement dans un monde qui comprend la sexualité de façon androcentrée. Cette façon de ne considérer que la sexualité masculine fait également du mal aux hommes. Combien de fois n'ai-je entendu cette complainte d'époux à propos de leur épouse :

Elle n'en a jamais envie, me considère comme un porc si j'exprime mon appétit pour elle. Mais je suis un homme, SON homme. Il est normal que j'ai envie d'elle, et il est normal que j'en ai envie souvent.

Laura Brotherman revient sur dix huit différences de sexualité entre l'homme et la femme. Les deux sexes doivent comprendre comment ils fonctionnent ainsi que leur moitié. Elle précise qu'il s'agit de caricature. Que c'est vrai à différent degrés, dans une majorité de couples.


Demandeur/Demandée

Comme je venais de le dire, on imagine souvent l'homme comme le permanent insatisfait et la femme comme la permanente saturée. Il en a pas assez, elle en a trop. Même les plus coincés le reconnaissent. à prononcer en prenant un air précieux "Les hommes sont beaucoup plus portés sur la chose que les femmes". Depuis l'adolescence et pour un bon moment encore. Les hommes ne sont pas des porcs, ce sont des hommes. Il y a une chose extrêmement positive cependant : si cet écart s'accentue en cas d'insatisfaction, il se réduit considérablement en cas de satisfaction. Laura Brotherman rapportait le témoignage d'une femme qui racontait qu'une nuit, après une journée très chargée, elle n'arrivait pas à dormir. Elle s'est dit que coucher avec son mari l'apaiserait et lui permettrait de se défaire de ce qui lui occupait l'esprit. Elle a réveillé son mari, qui a tout de suite accepté. Elle ne pensait pas qu'elle puisse un jour ressentir un tel besoin. C'est seulement parce qu'elle avait une relation épanouie qu'elle a pu en arriver là. Donc premier argument : une femme qui a des orgasmes réguliers a plus envie de sexe.
Deuxième argument. L'homme qui sait qu'il sera plus souvent comblé sexuellement ne saute pas sur chaque occasion en se disant "si je rate celle là, il se passera au moins deux semaines avant la prochaine et ça fait déjà deux semaines que j'attends". De la même manière une femme qui n'a pas envie et qui est tout le temps harcelée en a encore moins envie. Donc à mesure que la satisfaction des deux partenaires sera remplie, l'écart entre offre et demande diminuera. Et vous savez quoi, la semaine dernière je me suis même fait gentiment remballée (ça fait bizarre de passer de l'autre coté pour une fois). Je ne pensais pas que ça arriverait un jour.


Fast and furious/ lent et satisfaisant

Globalement il faut comprendre le besoin de lenteur de l'épouse quand on est un homme, et le besoin d'intensité et de rapidité de l'époux quand on est une femme. Mais là flûte de zut, je ne me rappelle pas plus de la suite :(


Prêt à l'emploie/20 minutes de cuisson

(héhé, j'ai trouvé la traduction jeux de mot toute seule)
Encore un lieux commun parfaitement illustrée par cette anecdote que madame Brotherson nous ramène d'une de ses conférences. Elle demande à l'assemblée :
-Combien de temps faut-il pour qu'un homme soit près à faire l'amour ?
-Deux secondes, répond quelqu'un dans le publique pendant que plusieurs claquent des doigts.
-Combien de temps faut-il pour qu'une femme soit prête à faire l'amour ?
-Des heures, répond un mari
-Des semaines, répond un autre tandis qu'une troisième voix s'élève au fond de la salle.
-Je ne sais pas, cela ne fait que trente ans que nous sommes mariés.

Bref époux, sachez que votre femme a besoin de temps, femmes, sachez que votre mari n'est encore une fois pas un obsédé qui y pense tout le temps. Il met juste peu de temps à démarrer. Nous avons vu les étapes à ne pas manquer pour que ça ne dure pas trente ans pour madame dans le post précédent.



Le désir est physique/Le désir est émotionnel


Certains hommes expriment très clairement que le sexe fait parti de leurs besoins telle que manger, boire, etc. Seulement si le besoin est d'abord physique pour l'homme et émotionnel pour la femme, un homme qui n'aura que du sexe sans affection finira par sentir un vide dans sa relation, et une femme qui n'aura qu'une relation basée sur l'affection, ne se sentira pas complètement satisfaite. De même quand le besoin primaire est nourri, le besoin secondaire est plus pris en compte. Il est important que les deux partenaires s'attachent à combler le besoin de l'autre. Si un seul des deux y travaille, les deux finiront par être insatisfaits.


Le corps avant la personne/La personne avant le corps

Je me souviens encore un débat qui faisait rage avec mes amis. Les filles disaient que les garçons étaient superficiels, ne s'intéressaient qu'aux jolies filles, alors que les filles elles, s'intéressaient aux garçons moches pourvu qu'ils aient une personnalité qui leur plaisait. Ce à quoi les garçons répondaient que nous étions des hypocrites, que nous ne voulions simplement pas avouer que nous aussi avions des critères de sélection sur le physique.
Fondamentalement nous avions tous tords : les filles en pensant que les garçons devaient faire un effort pour être plus ouverts, les garçons en refusant de croire que nous pouvions être différentes d'eux. Donc bien sur une femme est aussi séduite (ou repoussée :( ) par le physique de son mari, et le mari est séduit par les qualités de son épouse. Mais le physique occupe une plus grande place dans l'excitation pour les hommes, et le caractère pour les femmes. Après chacun ses goûts, et les sentiments amoureux nous font souvent voir notre partenaire bien plus beau et intéressant qu'il ne l'est. Je ne dis pas "femme soyez pamela anderson" et "mari, soyez Gad Elmaleh", mais épouses, ne vous cachez pas pudiquement sous la couette, et époux cultivez vos qualités, ça séduit votre épouse (et vous mettre en string léopard n'aura pas le même effet sur vous que sur elle. Sachez le seulement).

Une petite parenthèse. J'ai entendu des hommes dire qu'il n'y avait rien de mal à regarder une jolie femme dans la rue, puisque ça ne les dérangeaient pas que leur épouse en fasse autant. Maintenant que nous savons tous ce que cela signifie pour chacun de nous, j'ose rappeler les paroles du Christ : Celui qui convoite une femme a déjà commis l'adultère dans son cœur. Je crois en ce principe. Et je crois aussi au repentir qui donne à chacun le pouvoir de changer (Mais cela vaut aussi pour les épouses : ne laissez personne vous plaire plus que votre mari). Si on croit que la sexualité est un don de Dieu fait pour les couples mariés, alors l'adultère n'a pas sa place dans notre sexualité.


Besoin de sexe pour ressentir de l'amour/ besoin de ressentir de l'amour pour désirer le sexe

Bon encore un cercle vertueux dans un sens et vicieux dans l'autre. Pas la peine de s'éterniser.


Le sexe est une réaction/Le sexe est une décision

ça a été une grande découverte pour moi : Je devais décider. Ensuite viendrait l'excitation. Mais si j'attendais l'excitation physique "on n'était pas rendu" comme le disent les charentais.


Stimuli visuel/ Stimuli mental et tactile

Nous avons donc compris que le mari est excité à la vue de sa femme nue (qui continue pourtant de remonter sa couverture jusqu'au nez et d'éteindre la lumière). La femme elle a besoins de contactes physiques. Elle a également besoin de faire travailler son imagination. J'avais vaguement identifié cela sans trop savoir comment le nommer : quand j'avais passé la soirée à faire des math je n'arrivais pas à me mettre en mode sexe, après une soirée cinéma, j'étais chaude comme la braise en deux secondes...
Un excellent moyen également de faire travailler l'imagination de votre femme est de lui parler. Tout simplement.


Stimulation directe/Stimulation indirecte

...Ou l'art de tourner autour du pot... Laura Brotherson parle ici du mécanisme de l'excitation chez la femme et l'homme qui veux qu'un homme aura de l'intérêt à ce qu'on rentre rapidement dans le vif du sujet. Alors que la femme appréciera plus qu'on la laisse languir un petit peu. Je me demande si cela n'a pas un rapport avec le fait qu'une femme a besoin de se faire des films pour être excitée.


Conclusion

Je m'arrête à la moitié, vous aurez l'autre moitié la prochaine fois. Ce que j'ai appris dans ce chapitre c'est que mon mari ne peut pas deviner seul comment je fonctionne. Une fois que j'ai moi même identifié comment je marche, il ne faut pas que je m'attende à ce que mon mari devine "comme par magie" ce que j'aime et ce que je déteste. Les "home work" de ce chapitre consistent à faire une première liste pour soi de tous ces points et d'indiquer à quel extrême nous nous situons, d'essayer de trouver un exemple pour l'illustrer. Ensuite, demandez à votre mari où il se trouve lui même et comparez vos positions respectives.

Pour info j'ai activé les commentaires sans identifiant. ça fera plus de potentiel pourrissage, mais ça permet aussi que tout le monde puisse participer.

mardi 12 juillet 2011

Dieu a souhaité une sexualité faite de plaisir pour l'homme ET la femme, tiré de "and they were not ashamed"

Avertissement à Emma qui passerait par là. Je vais parler de sexe façon cours d'éducation sexuelle, de façon détaillée. Donc c'est à toi de voir, je sais pas si à 11 ans j'avais envie de lire ce que je vais écrire. Donc sens toi de passer l'article. Je sais que tu lis mon blog même si tu laisses jamais de commentaire.

Pour ceux qui arriveraient en court de route, ceci est un résumé d'un livre sur la sexualité écrit par une mormone américaine, conseillère conjugale, diplômée de l'université en "sciences familiales". Je l'ai introduit dans cet article, et résumé le premier chapitre dans celui ci
Et pour ceux qui ignorent qui sont les mormons, outre le site officiel (eglisedejesuschrist.fr), il y a ce blog que j'ai commencé sur une idée de mon frère pour illustrer ce que sont les mormons.
 
Je commencerais par mettre en garde le lecteur : j'ai oublié le bouquin à Paris, flûte de zut! Donc la suite du résumé va être un peu plus chaotique, basée sur ce qui m'a marqué, et surtout sans aucune traduction du dit livre. Les "home work" vont en prendre un sacré coup. Et autant vous dire que pour le premier chapitre que je vais évoquer ça va être très très dur : il était bourré de citations de prophètes mormons sur la sexualité. Donc je ne pourrai pas citer mes sources et citer avec exactitude. Veuillez considérer que je vous restitue ma lecture en toute bonne foi. J'ai déjà des doute sur certains trucs : c'est moi qui les aient déduis, ou ils étaient déjà dans le livre ?

 Voici une image qui résume tout : couples mariés, amusez vous dans la chambre à coucher. Je n'allais pas mettre une image plus osée (pornographie : pas bien. couple neuneu une tête sur l'épaule de l'autre : Eh, on parle de sexe les gars, pas juste de tendresse)


Dans les liens sacrés du mariage, le plaisir sexuel est une chose voulue de Dieu

De nombreux prophètes modernes (et voilà, je me souviens même pas lesquels mais ça va de Brigham Young à Gordon B Hincley), ont exprimé le fait que la vie sexuelle d'un couple faisait partie intégralement de celui-ci.
On se souvient de Paul demandant aux couples de ne pas se priver l'un de l'autre trop longtemps, de peur qu'ils n'entrent en tentation.
Enfin quand Dieu a fini toutes ses créations, il les considéra comme étant très bonnes. Les corps humains que Dieu a créés, éprouvent du plaisir pendant les rapports sexuels. Nous pourrions nous reproduire comme nous respirons, par réflexe, comme nous dormons, par nécessité. Non, la reproduction peut être source de plaisir, il y a une raison à cela. Cette raison, c'est que Dieu a fait du plaisir une composante de la sexualité.

Quand j'ai lu pour la première fois cantique des cantiques j'ai été très surprise. Allez-y, lisez le. Certain passages sont très clairement des allusions à la sexualité de Salomon. Et pas seulement à une simple étreinte. Quand j'ai lu une analyse d'un théologien catholique qui disait que c'était une allégorie de l'amour du Christ pour l'Église, j'ai bien rit. Cela ne pouvait concerner tous les passages de cantique des cantiques. Et c'est dans la Bible !

Dieu veut une sexualité faite de plaisir entre les époux. Prenez en consciences, soyez en convaincus. Le sexe et le plaisir sexuel sont des choses saintes, ne les souillez pas, mais ne les délaissez pas.

Les "home work" de ce chapitre consistaient à lire en couple les déclarations des prophètes, les passages d'écriture cités (vous êtes bien avancés) et enfin de prier et de jeuner en couple pour acquérir la confirmation et le témoignage que la sexualité dans le mariage est une chose sainte, voulue de Dieu.

Nous passons à la partie pratique de ce livre. Celle qui parle de la sexualité féminine. C'est quelque chose, que même les gens "du monde" méconnaissent. Et cela nuit gravement à l'épanouissement du couple. Je rappelle que la gloire de Dieu, c'est l'intelligence (dixit je ne sais plus quelle maitrise d'écriture), donc ne vous sentez pas gênés de lire la suite: c'est un cours de biologie et de psychologie.

C'est parti, nous allons parler de clitoris (Bérénice, une pensée émue pour toi si tu passes par là... depuis le temps que tu en entends parler).


Pour savoir où il se trouve, je vous invite à regarder ce dessin (numéro 1 pour le clitoris, le 2 étant l'urètre, le 3 l'entrée du vagin, le 4 une episiotomie (incision parfois pratiqué pour les accouchements) et 5 l'anus). Je n'affiche pas directement le dessin par pruderie. Sisi, je suis prude, vous le saviez pas ?
Le clitoris a un seul but dans la vie : le plaisir. Il n'a strictement aucun lien dans un quelconque processus de la fécondation. Il a été créé par Dieu, je le rappelle...
J'ai une grande annonce à vous faire : il n'y a pas d'orgasme possible pour la femme sans stimulation du clitoris. Il ne viendrait à l'idée de personne d'imaginer qu'un homme puisse jouir sans stimulation du pénis, c'est la même chose pour le clitoris. Enfin après réflexion et commentaires de certains lecteurs, je dirais que c'est en tout cas le moyen le plus simple d'aboutir à l'orgasme féminin. L'autre réalité biologique, est l'existence d'une zone très fortement innervée sur la partie antérieur de la cavité du vagin, qu'on appelle le point G. Il fût un temps où c'était le Graal de tous "trouver le point G" était l'ultime recherche. Puis on a dit que c'était n'importe quoi. Odile Buisson qui a été la première à réaliser une échographie complète et 3D du clitoris, a également démontré la réalité physiologique du point G. Sa taille, son emplacement varie, mais il existe, et sa stimulation est également source d'orgasme féminin.

Le souci c'est qu'un crétin nommé Freud, a déclaré que le plaisir clitoridien était une régression, et que les vrais femmes, jouissaient avec leur vagin. Quand on demande à une femme ce qu'est l'orgasme, elle parle de sensation de bien être, d'excitation intense. Si vous faites partie de celles-ci, vous êtes à coté de la plaque. Non, l'orgasme est une réaction physique qui entraine notamment des contractions involontaires des muscles. J'ai eu mon premier orgasme hier, je peux vous dire que ça ne laisse pas de trace pour le doute, pour de fumeuses descriptions de vague plaisir. (D'ailleurs c'est une bonne nouvelle, moins d'un mois après la lecture de "and they were not ashamed") Je peux vous dire que je suis TRES fâchée contre ces sexologues à deux balles qui nous rabâchent que "la femme peut être satisfaite sans orgasme, arrêtons de leur mettre la pression, l'orgasme féminin est RARE".


Comme j'ai pas le bouquin c'est ballot, je peux pas vous dire qui précisément l'a dit, mais un docteur américain décrivait ce qu'apporte l'orgasme au corps : c'est littéralement un nettoyage du corps (Encore une fois, voyez comme Dieu est un architecte merveilleux). Si le rapport sexuel n'aboutit pas à l'orgasme, la pression accumulée est vécue comme un traumatisme pour une partie du corps. Bref, la jouissance de la femme n'est pas une option. Elle n'est pas facile, mais elle n'est pas à oublier. L'absence d'orgasme aboutit bien souvent par une baisse de libido pour la femme : son corps n'associe plus le sexe à quelque chose de positif pour la santé.


Seulement la majorité des femmes considèrent que c'est le plaisir de leur époux qui prime. Que ce serait faire preuve d'égoïsme que de se soucier de son propre plaisir. Je n'aurais donc qu'un seul conseil : mesdames, sachez que votre époux éprouve énormément de plaisir à vous en procurer, et une grande tristesse quand vous le refusez. Soyons égoïstes, c'est faire preuve de générosité :)
Plus sérieusement, l'orgasme masculin ne peut avoir lieu qu'après l'orgasme féminin, ou alors il n'y aura pas d'orgasme féminin. En effet, après l'orgasme, le corps de l'homme est envahi d'hormone qui le poussent à s'endormir. Donc même si votre époux vous aime très fort, il n'aura plus l'énergie et l'enthousiasme nécessaire à vous faire jouir. C'est aussi simple que cela.


La deuxième chose importante est le mécanisme auquel obéit l'excitation féminine. La femme suit les étapes suivantes :
Préparation emotionnelle et intellectuelle
Préliminaires
Desir
Orgasme
Rémanence (à vos dico...)


Nous y sommes : la femme a besoin d'être prête du point de vue des émotions, elle doit prendre la décision d'avoir un rapport sexuel bien avant d'être excitée. J'ai pris un coup de massue sur la tête en lisant ça. Je me suis revue dire "j'ai juste pas envie, ça se décide pas". Justement ça ce décide et ça ce prépare. Notamment par des contactes non sexuels bien avant. Époux, embrassez vous pendant la journée, prenez vous dans les bras. Les préparation commence des heures avants, des jours avant. Maris, vous ne pouvez pas passer une semaine à ignorer votre épouse (travail, pas le temps, dispute, ...) et vous attendre à une réconciliation torride sur l'oreiller. Votre femme a besoin de ressentir intensément votre amour.


Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Les "home work" c'est de prendre le temps de planifier un moment pour discuter de tout ça en couple. Jamais je n'aurais cru découvrir ce truc dans un ouvrage écrit par une mormone. Il y a quelque chose de cocasse là dedans.

samedi 9 juillet 2011

projet 52, Thème : La ville

Il est minuit et demie, et je n'en peux plus d'attendre que la nuit soit là. Tant pis. Je déteste les cadrages inclinés, mais là ça me semblait indispensable.

Méta donnée ISO 80, F/8.5 et 2s d'expo si je faisais plus c'était vraiment trop claire. Bref photo de nuit avec pas vraiment la nuit. ça frustre quand on voulait une belle trainée de phare.

mardi 5 juillet 2011

Mais qu'est ce que c'est ?

J'ai profité de mon passage à Paris pour m'en acheter une vite fait... Et en vert en plus, ma couleur préférée ! C'est une... C'est une... Non Neal, ça ne sert pas à donner du lait à mon bébé. Et vous, saurez vous de quoi il s'agit ? Allez, faites pas les timides.

samedi 2 juillet 2011

projet 52 - Thème : Rouge

Après deux semaines d'absence pour cause de vacance sans appareil photo. Je m'y remet, avec le thème "rouge".
Je suis plutôt furax pour une autre raison, je me sens pas du tout de faire des commentaires. J'ai eu juste le temps de poser mes bagages, faire des grands cil, prendre mon appareil, clic clic, nous voilà. Au regard de ces cliché je pourrai rajouté : pas eu le temps de boire, j'ai l'air sèche comme un parchemin.

Les macro données : ISO 800 (d'où bruit tout moche, mais il faisait vraiment trop sombre), f/2.3 et 1/80s

vendredi 1 juillet 2011

On se fait un petit resto français ?

Nous étions trois français, assis dans la pénombre du Balzac, un restaurant "à la française". Les menu sont donc tout naturellement en anglais, et la serveuse ne parle ni anglais, ni français. Mais elle est très jolie. Nous parcourrons donc des yeux notre menu en anglais. Je ne suis plus effarée par la quantité de plat proposés. C'est pas rare en Russie. Outre le fait que l'agencement du repas soit exactement la même que les repas russe, je m'amuse de lire le nom des plats et leur description. La plupart n'ont de français que le titre. Que penser des petits pains français, de la sauce française, de la salade française, de la viande cuite à la française ? Donc exactement comme n'importe quel restaurant russe, on nous propose des salades de viande, de poisson, des soupes, une garniture vendue au poids, des chachlik (brochette de viandes), des viandes, des poissons. Bref, même en lisant la description des salades je ne voit aucune différence avec celles qu'on nous propose en Russie. Je note des plats typiquement français, que je ne mangerais même pas en France. Des cuisses de grenouille et de la langue bouillie. L'assiette de fromage qu'ils proposent (so french !) est composée de gouda, mozzarella, parmesan et gruyère. C'est si bien assorti et carrément français. Pas de doute. Finalement, cerise sur le gâteaux : ils proposent une page entière de fondu. Le mot fondu est écrit entre guillemet et en gros. Ah, une spécialité française un peu moins dégoûtante que la langue bouillie. Je lis les ingrédients. De la viande, du vin, et de la sauce soja. Nous voici donc dans chine bourguignone profonde.
Nous avons bien mangé, je ne dirais pas la contraire, c'était même délicieux. Mais quand à l'avenir j'irai me faire un chinois ou un japonais, j’éviterai de me dire que pendant une heure je voyage à l'autre bout de la terre, même si la serveuse à les yeux bridés.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...